Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2009

Stand by (me)

Toujours en vie, j'ai l'impression, mais moins présente de ce coin-là du Web. Ma conversion à Twitter a bien pris, et en ce moment c'est plus facile pour moi de poser mes états d'âme (ou pas) en 140 caractères autorisés.

Il se trouve que plusieurs évènements se sont enchainés si bien que le temps libre et moi on est un peu fâchés en ce moment. Changement de boulot involontaire et nouveaux travaux (d'Hercule) à prendre en charge x2.
A côté de ça, j'ai un peu rien rendu ce semestre pour mon master, résultat des courses, il me reste 6 mois pour le finir. Rien que 2 modules !
En parallèle, non contente d'être assez chargée par le boulot et l'école, je réfléchis à ouvrir mon auto-entreprise dans ce que je sais plutôt bien faire. J'en parlerai ici une fois que ce sera lancé.

Et à part ça ? Totalement hallucinée mais pas étonnée de la tournure que prend la Guinée en ce moment; un peu blasée par le gouvernement et ses questions idiotes d'identité nationale …

Hangagée

Parce qu'une personne handicapée est une personne avant tout, et que je suis moi-même handicapée, je participe à mon niveau en relayant la semaine pour l'emploi des personnes handicapées.
Rappelons-nous que le handicap peut prendre de multiples formes, mais que toutes obligent les personnes atteintes à une faculté d'adaptation phénoménale.

Se dépasser est le maitre-mot, il oriente toutes les actions, décisions, modes de vie qu'adoptent les personnes handicapées. Or près de 20% d'entre elles sont au chômage, soit un handicap économique en plus de leur quotidien.

Je voulais profiter de l'occasion pour soutenir l'action d'un de mes collègues de travail qui a créé l'association Medias Handicaps, en faveur de la médiatisation positive des personnes handicapées au travers de challenges et de défis sportifs. Il a réussi à associer à son mouvement de grands noms qui lui permettent d'atteindre son objectif de visibilité.

En savoir plus sur la semaine pour…

Mauvaise fille

Après l'avoir vu chez Drucker, et entendu en générique de fin d'une émission de M6, j'avais envie de donner un petit aperçu d'une nouvelle tête dans l'univers musical : Inna Modja.
Il se trouve par ailleurs qu'elle est Peulh, ce qui ne gâche pas mon plaisir :)



A lire :
Son portrait sur Cosmopolitan.fr

Incitation à l'ultra-visibilité

Si comme moi, vous suivez les changements d'interface et de fonctionnalités sur Facebook, vous remarquerez une nouveauté subtile et un peu choquante, mais d'une approche marketing logique.
L'idée de base étant la suivante : "face à la croissance de mes concurrents sur le marché des réseaux sociaux, si je veux continuer à avoir un taux de pénétration intéressant, je dois mettre en place les leviers permettant la montée en valeur et la fidélisation de mes utilisateurs". Rappelons-nous en effet que Facebook est une entreprise qui fonctionne grâce à sa base de données d'utilisateurs, des millions parait-il.
Pour les non-marketeux, quelques mots de vocabulaire, avant d'aller plus loin :
taux de pénétration : en partant d'une base de clients/utilisateurs donnée ou cible, c'est le rapport entre ce chiffre et le nombre de clients/utilisateurs réel
montée en valeur : face à un produit/service, le client/utilisateur a une certaine valeur (monétaire ou non). Dan…

Gazouillis

Envie de tester, depuis le temps qu'on m'en parle.
C'est aussi l'occasion de trouver un usage de plus à mon HTC Tatoo, ie gazouiller en mobilité.
C'est par là que ca se passe : http://www.twitter.com/grumelages !

Merde, etcetera

Un peu lasse des bouchons sous le tunnel de la Défense/sur le boulevard périphérique/en sortant du boulot (faites votre choix), je me suis finalement décidée à réactiver mon pass Navigo Intégrale. A moi donc les joies des transports communs et les surprises associées !
Je redécouvre aussi le plaisir de lire et d'écouter de la musique en aléatoire sans avoir à me soucier du trafic.
En ce moment, j'essaye de finir le 2ème tome de la série de bouquins en anglais écrits par Stephen Clarke. C'est ma dernière prof d'anglais en date qui me l'a chaudement recommandé. Bien m'en a pris de suivre son conseil. Les tribulations d'un Anglais en France, ses déboires tant amoureux, amicaux que professionnels sont autant de merdes à gérer.
Le titre du 2ème tome, c'est "Merde Actually", je vous laisse voir à quel autre titre il fait allusion :)

Le petit robot vert

Voilà l'un de mes nouveaux sujets de travail...




Le déménagement s'est fait. Depuis 2 semaines, peu de temps passé sur ma chaise, j'enchaine réunions (physique ou par téléphone), présentations, séminaires, déplacements entre les sites de mes collègues... J'espère cette situation transitoire, car c'est assez fatiguant.

Cela dit, il y a vraisemblablement des opportunités de déplacement professionnel à la clé (Londres, Barcelone, etc.) et ça, ça me botte plus :) Vivement que ça se confirme !

Surprise

Waow, j'ai rarement vu un tel déluge...

En rentrant chez moi ce soir, je passe par la Défense, mon trajet habituel. Il pleut, quelques gouttes se font pressantes, et le ciel est parcouru d'éclairs de part en part.
Je circule sous le pont de Neuilly, et là (c'est le drame). Un rideau de pluie m'accueille juste à la sortie. La voiture devant moi pile, et heureusement j'évite l'accident, de justesse.
Quelques secondes après, la chaussée déformée offre à ma belle Yaris des bains gratuits. Des 2 roues, moins chanceuses, sont arrêtées sur le côté.

Finalement, plus de peur que de mal. Une pensée pour ma Choune qui se tape le retour du boulot à vélo...

Bis repetita

Précédemment, dans Un éternel recommencement.

Il n'aura pas fallu longtemps pour que ce cher militaire donne raison à la logique imparable qui fait mouvoir toute personne à la tête de la Guinée : le pouvoir, l'argent ont raison de tout, quitte à l'imposer. J'aurai préféré avoir tort, mais les résultats sont là, et le massacre du WE dernier ne pourrait être considéré comme un effet collatéral ou une simple dérive.

La contemplation impuissante devant un pays en perpétuelle souffrance, parce que mis systématiquement entre de mauvaises mains. Dommage.

J'ai testé pour vous...

... la grippe A version "Psychose".
Suite à l'application du plan de prévention grippe A/H1N1 à mon travail, je me suis retrouvée chez moi ce jour, des masques en papier à disposition et des consignes strictes.
Rassurez-vous, je ne suis pas malade (en tout cas pas à ma connaissance), mais l'occasion était rêvée pour faire une petite expérience en milieu social ordinaire.
J'avais des courses alimentaires à faire aujourd'hui, j'ai mis mon masque et après pas mal de cogitations internes et une consultation sur Internet, je me suis lancée dans le test.

Passera, passera pas ?
Première rencontre dans l'ascenceur de mon immeuble. Ma voisine me lance un bonjour et se colle au fond de l'habitacle. Elle me laisse cependant ouvrir les portes, tout en essayant de ne pas toucher les poignées lorsqu'elle me suit. Ambiance ;)
Ensuite, dans la rue, déjà ma voisine marche très vite puis finit par changer de trottoir. Une famille, un peu plus devant, presse le pas. D…

Nineteen

Tu me mets la "fièvre" :)

Rien ne va plus

Le chiffre ne fait que monter, et ça m'interroge. Loin de moi l'idée de dramatiser ou d'ironiser mais c'est fou ce qui se passe. Entre les tentatives échouées et réussies, les hara-kiri dans mon établissement soulèvent de vraies questions. Et pourtant, ce n'est pas comme si personne ne l'avait prév(en)u.

Ailleurs, il y a 2 ans : 3 suicides fin 2006 au Technocentre de Renault avaient déclenché un écho médiatique comparable...
Aujourd'hui : Le plan antistress chez Renault

Attendons de voir ce qui va se passer dans ce cas d'actualités, mais je crains que la suite soit surprenante, et pas forcément dans le bon sens.

Atterrissage en douceur

Well, ça faisait un petit moment que je n'étais pas venue squatter par ici :)
Alors quoi de neuf depuis 3 semaines ?
Les WE plaisir n'ont fait que s'enchainer : Lyon pour l'un, folie shopping pour un autre (j'ai même acheté 2 robes !), et des noces de diamant pour un dernier.



Mais le temps file à une vitesse que ça parait déjà loin. A la place, ce sont d'innombrables pensées et réflexions qui viennent m'enquiquiner.

Finir avec ce diplôme. Nouveaux challenges professionnels et personnels. Entre l'envie et l'appréhension, vivre, malgré tout. Prendre soin d'elle, de nous, avant tout.

Où est le bouton Pause ?

Mon Santiago : vamos a comer !

Qui me connaît sait comme il existe un sujet sur lequel je peux discourir sans retenue quelconque, du moment qu'on me lance dessus.
Qui a dejà parcouru mon Flickr sait que les couleurs et les agencements alimentaires n'en finiront pas de me ravir.

Alors, sur cette longue période randonnesque, qu'en a-t-il été exactement ?
Bienvenue en terre espagnole, riche de mets pour le moins calorifères mais appétissants, où nous avons eu l'occasion de tester la nourriture du pèlerin, assez disparate mais particulièrement efficace pour avaler les dizaines de kilomètres à faire par jour.

Le petit-déjeuner était assez classique, pour beaucoup : café, thé ou chocolat, avec un jus de fruits et des toasts.
Pour nous, ce sera version "pressé" avec des Principe (le Prince d'Espagne) ou des Oreo (une véritable découverte), accompagnés d'un café ou d'un chocolat. Une fois arrivés en Galice, ça s'est transformé pour ma part en bocadillo Lomo e Queso (épaule de porc et fr…

Un ano e medio

Merci la vie !


Mon Santiago : par où/quoi/comment commencer ?

J'aurai des scrupules à commencer par la fin et pourtant ce serait plus simple ... "elle survécut à toutes les épreuves physiques et morales, se rapprocha de sa mie pour ne faire plus qu'une et elles furent heureuses et eurent plein de lessive à faire en rentrant"...

Et pourtant ce serait plus simple. Et bien non, je ne céderai pas à la simplicité, tant cette aventure m'a apporté et appris sur moi, sur elle, sur nous, sur eux/elles.
J'aimerais aussi garder une trace sur laquelle se pencher quand j'aurai envie de souffler entre 2 déploiements de produits ou des réunions chiantes à Londres...

Alors, on y va ?
D'abord, quelques chiffres et mots-clés :
Le départ s'est fait depuis Saint-Jean-Pied-de-Port (ou Donibane Garazi en basque), dans les Pyrénées-Orientales. L'arrivée officielle a été Santiago de Compostella (Saint-Jacques de Compostelle) en Galice, l'arrivée réelle et la fin du chemin s'est faite à Fisterra (ou Finisterre) au bout du bo…

VéL'ibre

"

N'ayant eu la véritable occasion de tester le "précurseur" lyonnais (Vélo'V), j'avais une légère impatience à rouler en Vélib dès que l'occasion se serait présentée. Et cela, malgré les mauvais échos ourdis de ci de là (caution prélevée, vélos en mauvais état, bornes vides ou trop pleines, etc...), et les non-moins connus accidents mortels que ce nom peut évoquer pour certains.

Lorsque nous avons emménagé ici il y a 2 ans maintenant, des rumeurs circulaient sur la mise à disposition d'une borne Vélib à proximité du lieu. Il aura fallu attendre mai 2009 pour voir ce projet enfin se réaliser. Et moi, d'avoir un court trajet vraiment ennuyeux à faire à pied pour tenter enfin "le diable".

Tout d'abord, la procédure : munie de ma carte bleue, j'opte pour un forfait 1 jour à 1€, où les déplacements sont illimités et les 30 premières minutes gratuites. Ça tombe bien, mon trajet ne devrait pas dépasser les 15 minutes.
Après "lecture…

16

... modules validés, avec des notes plus qu'honorables.
Il ne reste plus que ma bête noire à dompter... j'ai nommé Java.



Allez, je m'offre le diplôme pour Noël ?

Revenue

Tout est bien qui finit... mais à la réflexion j'aurais préféré que ce soit sans fin.
De ces centaines de kilomètres, je raconterais peut-être des choses mais pas maintenant. Ca viendra ;)
Le retour est assez bizarre, il y a une voire deux semaines encore, je portais mon sac à dos sur une vingtaine de kilomètres, ne pensant qu'à arriver à l'étape du jour, et puis profiter du reste de cette vie-là quelques heures. L'instant présent, en somme.

Là, retour au confort, voiture, logement fixe et déterminé, des rues et des bâtiments que je connais par coeur, une langue que je maitrise trop bien... versus l'itinérance, la nouveauté, la débrouille, l'approximation et la communication par les gestes quand les mots sont défaillants ou ne suffisent plus.

Une belle expérience, j'espère que j'en connais d'autres comme celle-là dans ma vie.

Por fin...

Nous en sommes aujourd'hui à Arzua, à une trentaine de km de Santiago de Compostella. Mon journal de bord n'a jamais paru aussi plein que vide, un peu comme le verre... Entre lui et les photos, il restera ma mémoire à activer pour revoir tous ces visages, tous ces accents, tous ces bruits et tous ces paysages magnifiques. Le regard de ma Belle en sera aussi empli et c'est surtout de cela que je suis heureuse, avoir parcouru ce chemin ensemble, au sens propre comme au figuré.Je vous dis à très bientôt !

Besos desde Logrono

Je n'ai que quelques minutes pour vous envoyer des bisoux et un peu de chaleur depuis la ville de Logrono. Demain mardi, cela fera une semaine que nous sommes sur la route, tous terrains confondus. Sentiers, cotes, accotements, terre battue, cailloux cailloux et cailloux...

Les paysages et les vues sont inestimables. La douche du soir est sacree et ca y est, je me sens enfin en vacances, avec ma cherie, loin de tout.

Le contact entre pelerins est assez facile, entre quelques bribes d'anglais et d'espagnol, la patience et les gestes font le reste.

Voila pour l'essentiel. Pour le reste, je ferai en sorte que mes pieds suivent et survivent jusqu'a l'arrivee a Santiago, et je vous ferai un ti résumé ... d'íci la, bonnes vacances a tous !

Adios !

El camino de los pelegrinos

(pardon pour ls fautes, clavier español)
Deuxieme jour de marche, et deja tant de choses a dire et a montrer. Beaucoup de personnes de nationalites differentes rencontrees en peu de temps. Mais je vous raconterai ca mon retour, je retourne voir mes compagnons pelerins.

Adios.

J-7 : entre la certitude et le flou, l'exaltation !

Dernière semaine parisienne avant le départ. Du mal à y croire pour l'instant, que dirai-je après plusieurs dizaines, centaines de kilomètres foulés, de gens croisés, de paysages et de trésors cachés.
Simplement, merci la vie.

En attendant, le sac à dos à préparer, une soirée entre potes à réaliser, ... et enfin le train à prendre.

Nouvelles lunettes pour une nouvelle vie ?

On pourrait le croire !
Les murs de mon Village murmurent qu'un changement professionnel et de localisation géographique s'opèreront et seront réalité à mon retour de congés. Pas de mon fait, en tout cas pas encore. En effet, mon équipe va être rattachée à une nouvelle entité et aurait un périmètre international.
Au programme : peut-être plus de voyages, j'aimerai bien :) , sûrement plus d'anglais au quotidien. A voir.

Le dernier changement professionnel notable s'était accompagné par un changement de lunettes, la seule coquetterie que je m'autorise et que j'assume. Ça a été payant : je cherchais à afficher à la fois une certaine assurance et un côté loufoque, celles que j'arbore ont fait largement l'affaire.

Ma vue ayant évolué, une nouvelle paire viendra s'accrocher à mon nez dans quelques jours... marqueur involontaire d'un nouveau cap dans une vie pas si mal que ça, en fait :)

Comme si j'avais 18 ans

Alors que les lycéens en sont à leurs bachotages de dernière minute, pour des examens prévus dès la semaine prochaine, j'écris ces quelques mots depuis le chef-lieu de la Somme où, dans quelques minutes, je vais passer mon dernier examen écrit.
Restera alors le dernier oral... mais le glas sera sonné qu'en décembre, faute de pouvoir valider un module précis ce semestre.
Je pensais avoir fini, il faudra remettre le couvert dès septembre, et j'espère bien cette fois-ci pour la dernière fois.

A+ tard ...

[Mode stress : activé]

J-21 : les préparatifs

les bagages, à la pesée

Ça fait maintenant plus de 6 mois que c'est en projet, qu'on en parle, qu'on projette, qu'on imagine.
Tandis que lui en est à sa 3ème réalisation, pour elle et moi ce sera la 1ère fois qu'on partira pour une si longue randonnée.
L'occasion de nous découvrir dans un autre contexte et d'autres lieux, être ensemble 24h/24 pendant tout un mois. Pour elle et lui, la certitude de rencontrer et d'échanger avec d'autres personnes ... moi, je verrai si ma timidité fera son office, ou pas.

Le sac est prêt, la contrainte des 10 kilos maximum a priori respectée, le billet de train aller (en couchette, autre première) acheté, reste encore quelques menues babioles à acquérir, le congé à déposer, les exercices de kiné à mémoriser, l'appareil photo à apprêter.

La préparation a été aussi physique. Les parcours que nous ferons chaque jour étant en moyenne de 20 kilomètres, on a eu l'occasion de voir si on tenait la route à plusieurs occasi…

Dans un mois jour pour jour

Paris > Saint-Jean-Pied-de-Port de nuit, rendez-vous sur le lieu de départ pour la fantastique aventure d'un mois, avec ma bien-aimée et un joyeux luron :) Las Fadas en action et Hobbo man au duduk, ça va donner ;)

Les devoirs rendus, les examens passés, Roland-Garros fini depuis un bail, ... j'ai sacrément hâte d'y être !

Vivement !

Y'a quelqu'un qui m'a dit que...

... j'étais le père Noël !
Et bien, je n'étais pas au courant :)

Et puis, puisque cela n'arrive pas tous les jours :



seulement 3 jours après sa mise en ligne :)

Bon, encore 16 pages à taper, 2 développements Java dont 1 qui n'est pas DU TOUT commencé, tout ça pour lundi ... fiouiaia !

Juste pour le fun :)

Et ce n'est que le 1er jour du tournoi !

Jeu, set ... et match ?

Grosses suées de chaleur et de stress cette semaine, et pour cause, le gros projet sur lequel je travaillais devait être mis en ligne ce vendredi.
Non sans mal, j'ai quitté le boulot à 22h hier après les derniers mails : dernières mises à jour à travailler lundi, dernières corrections à réaliser avant la mise en ligne...

Le côté sympa (et un peu flatteur, je le dis), c'est que le résultat de mon travail de pilotage de projet fait l'objet d'une publicité presse, ce qui m'arrive pour la 1ère fois. Et ca y est, le buzz commence.

Mais ce n'est pas fini en fait : le gros moment-clé c'est ce dimanche à 11h/12h, le début du tournoi Roland-Garros. J'espère que tout y ira bien.

Bon et bien, retournons-nous au dossier "études du Master 2 SIMI"... arf.

Vive le pont

On se contente de ce qu'on peut...

Souffler une bougie

Il y a 4 ans, mes élucabrations ergotiques et électroniques commençaient à poindre sur Internet. Mon souhait : suivre un peu le mouvement (blogger c'était la grande mode), tout en essayant de sortir du lot. Mes motivations initiales tournaient autour de la vulgarisation informatique, de l'actualité (y compris celle autour de l'handicap), et réaliser un journal de bord de mon régime que j'entamais alors.

Cet espace a évolué au fil du temps. Au tout début, j'utilisais Thingamablog pour des raisons techniques. Très utile mais peu évolutif, et d'un usage limité.
Ensuite, le 15 juillet 2007, à l'occasion d'un crash et d'un changement informatique, grande décision pour migrer sur un blog hébergé en ligne. Et après pas mal de tergiversations autour du tout-Google, je finis par céder et ouvrir mon compte chez Blogger. Pour l'instant, je ne regrette pas, bien que les possibilités de sauvegarde des données qui sont offertes restent peu accessibles.
Cet ac…

Journée mondiale contre l'homophobie : et moi, et moi, et moi...

Je sais depuis toujours que mes amours sont essentiellement féminines. Ça a commencé à la maternelle pour ne plus jamais s'arrêter depuis. De la primaire jusqu'à l'université, des sacrés "crush" qui viraient à l'obsession, à la passion unilatérale, et à des beaux gestes dont je ne me sentais pas capable (des petits poèmes, mes premiers dessins et graph's dédicacés, ...). Certaines relations se sont transformées en amitiés durables, sans que je ne dévoile jamais la vraie nature de mes sentiments originels. De l'amitié, de l'amour ?
Les rares expériences avec les garçons, pour voir, pour vérifier, pour tenter, n'ont été que de purs échecs.

La première fois que j'ai embrassé mon ex, j'ai compris. C'était ça, cette boule dans le ventre, cette sensation d'être dans le vrai, transportée.
Avec elle, la vie de couple épanouie à l'intérieur, connue de quelques amis communs, mais cachée à l'extérieur. A peine, quelques bisoux lors…

L'appel du 18 juin

Roger Federer, Roland-Garros 2008

Si tout se déroule comme prévu, le 18 juin annoncera la dernière épreuve (orale) en vue de l'obtention de mon diplôme. Les résultats tomberont en septembre.

En attendant, beaucoup de nuits blanches et de litres de café... et moi qui n'aime pas ça.

De mon rôle dans la société

Ma mère m'a rendu visite il y a quelques jours maintenant. Ca faisait ... pfiouuu... minimum 5 ans qu'un de mes 2 parents n'était pas venu chez moi, et pour cause. A l'époque, je vivais avec mon ex, et à moins de la jeter à la rue ou de la renvoyer chez ses parents au fin fond du 91, il n'y avait pas beaucoup de solutions. A l'époque, je n'avais pas fait mon coming-out. Prétextes bidons et agenda chargé furent ma bouée de sauvetage, non seulement pour les recevoir, mais aussi pour aller les voir, car je ne voulais être loin d'elle.

Puis, mon ex et moi avons rompu, et je me suis trouvée à nouveau seule dans mon appart'. Inviter mes parents sans avoir à me justifier sur la présence de traces d'une vie de couple redevenait possible. J'avais compris dans leurs phrases et dans leur regard qu'ils fantasmaient à fond ma vie parisienne. M'imaginant sans doute macquée avec un mec, vivant avec lui, mais sans vouloir leur en parler...

Transportée…

Le silence est d'or

Bien obligée, le boulot (Roland Garros, Widgets), l'école (dernier ultime semestre (?)), les préparatifs de Saint-Jacques, le soleil qui repointe le bout de son nez et la couette qui me nargue...
Que faire ?

Laisser couler.
Revenir plus tard, sans doute.

Un instant

Ô temps! Suspends ton vol, et vous, heures propices!
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours!Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent,
Oubliez les heureux.Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m’échappe et fuit;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente; et l’aurore
Va dissiper la nuit.Aimons donc, aimons donc! De l’heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons!
L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive;
Il coule, et nous passons

Alphonse de Lamartine

Ca continue

Jusqu'au 11 avril, vous pouvez faire vos promesses de dons :
au 110 (appel gratuit)par SMS, envoyez DON au 33000sur le site internet du SidactionPour rappel, le Sidaction est un organisme qui soutient et finance la recherche, des programmes et des associations qui ont fait de la lutte contre le sida leur cheval de bataille, en France ou à l'international.
Même avec 2 euros, votre geste compte. Alors merci pour vos dons !

SidAction

Déjà mobilisée l'an dernier, je remets le couvert cette année, et serai sur un plateau téléphonique à recevoir vos dons pour le Sidaction ce vendredi et ce samedi.

Un seul numéro : le 110. Faites péter le standard :)


Sidaction 2008 / Plateau d'Actel 1/2
envoyé par wafwafwaf

C'est écrit...

Après l'opération T.Y., une petite visite au Salon du livre était prévue. Ce samedi, la petite promenade dans les allées nous aura permis :
- de grapiller une dédicace d'Amruta Patil sur son Kari
- de constater peu de changement dans l'organisation et la place des stands
- de continuer notre composition de Las Fadas, sous l'oeil amusé des autres passants
- d'observer l'intérêt croissant pour la lecture en mobilité (e-book, BD/manga sur mobile, etc.)
- de revoir un classique de Disney qui se déroule au Moyen-Orient...





www.flickr.com





2ème du nom

Vendredi, une belle journée ensoleillée qui s'annonce, et me voilà partie pour un marathon, à enchaîner toutes les démarches nécessaires à l'obtention de la nouvelle grumlymobile.
Tout s'est bien passé : la banque, la livraison de la voiture, l'assurance et le passage à la préfecture. Tout... exceptée la taille du dispositif de la boule au volant qui est trop courte, alors qu'elle allait très bien pour la Clio auparavant.

Maintenant, je n'ai plus qu'une hâte : l'épuiser sur nos voyages et séjours à venir, dans les 4 coins de la France. Vivement :)

Il est parti

Alain Bashung - Ma petite entreprise

La dernière fois qu'on a pu l'entendre de près, c'était à la Fête de l'Huma. Son accoutrement et son attitude m'avaient intrigué. Je le connaissais chevelu, le déhanché rock-en-roll et la parole glissante. Il était là maintenant, le crâne vraisemblablement râsé, habillé comme un petit vieux avec des lunettes noires et un chapeau, le phrasé pas très compréhensible.
L'émotion n'en restait pas moins palpable. Les buttes et la fosse pleines à craquer, tout le monde était venu prêter une oreille pour assister, sans doute, à l'une de ses dernières prestations vocales.
C'était il y a 6 mois.
Il vient de poser sa guitare pour la dernière fois.

Boy A, de John Crawley

Synopsis :
A 24 ans, Jack sort de prison où il a passé toute son adolescence pour un meurtre qu'il a commis lorsqu'il était enfant. Dès sa libération, Terry, assistant social, l'emmène le plus loin possible de ce scandale encore présent dans tous les esprits. Terry lui donne un autre nom, lui trouve un travail, une maison. Dans cette ville d'Angleterre qu'il ne connaît pas, Jack se construit une nouvelle vie à laquelle il tente de se tenir. Mais si l'anonymat est un répit, il est aussi une douloureuse contrainte puisque Jack ne peut révéler à ses nouveaux collègues ou amis, et à la fille dont il tombe amoureux, la vraie nature de son passé. Jusqu'au jour où, par hasard, Jack devient un héros local et que sa photo apparaît à la une des quotidiens...(Source : Allociné)

Le thème de la seconde chance est clairement abordé par ce beau film. Beau par l'image, les couleurs, les scènes.
C'est aussi l'occasion de se rendre compte qu'au final, une fois s…

Le 7ème jour

Fidèle parmi les plus fidèles depuis 7 années, la grumlymobile a décidé de jouer sur mes nerfs une dernière fois la semaine dernière.
Des crac-boum-hue plus tard, impossible d'utiliser le levier de la boite automatique, et plus j'avance, plus elle hurle sa prochaine mort.
Verdict : boite automatique HS. Réparations à hauteur de la valeur de la voiture. Pas de sous donc besoin d'un crédit.

Début des cogitations internes : la réparer ? en acheter une nouvelle ? attendre plus tard ?

L'occasion est unique : la possibilité d'acheter une voiture neuve en profitant des différentes remises disponibles (prime gouvernementale, bonus éco, remises commerciales)...
Je me penche d'abord sur la Twingo II, affichée au prix "ravageur" de 7000 € et quelques. Que nenni, ça c'est le prix d'une voiture neuve sans boite auto (rajouter 1000 à 2000€ mini). En plus, 4 chevaux fiscaux seulement, ça risque de ramer un peu en pente et sur autoroute.
J'avais aussi une pet…

14

...modules validés, avec des notes plutôt surprenantes pour les 3 derniers :)
Voilà, dans 4 modules, je serai diplômée !

Vivement :)

365... et plus ...

love




Bonne St Valentin à toutes et à tous.

Bon nous-anniversaire mon ange :)

La der des dER

La série "Urgences" ("E.R.") est en train de vivre sa 15ème et dernière saison. Aussi, on se fait plaisir pour ce dernier tour de piste : des anciens remettent la blouse.

Eriq La Salle (Peter Benton) aux commandes derrière la caméra, Anthony Edwards (Mark Greene) et Paul McCrane (Robert Romano) joueront les revenants fantômatiques dans quelques flashbacks, William H. Macy (David Morgenstern), Julianna Margulies (Carol Hattaway), Noah Wyle (John Carter), Laura Innes (Kerry Weaver), Alex Kingston (Elisabeth Corday), mais surtout... Georges Clooney (Doug Ross) viendront titiller les pupilles depuis les blocs du Cook County.

Et ainsi, quinze ans après, boucler la boucle.

Santiago

En préparation pour juillet, près de 800 kilomètres de sueur, de délires, de solitude, de partage, de châmailleries, d'images à graver dans la rétine, d'anecdotes à construire à 2, à 3, à plusieurs...



Le compte à rebours commence aujourd'hui.

Israël/Palestine

Dans le cadre de l'opération Incontournables d'UGC, j'ai pu voir dernièrement 2 films israëliens traitant de leur relationnel historique et difficile avec le peuple palestinien. Et alors qu'en ce moment, la bande de Gaza refait les titres de l'actualité, on ne peut s'empêcher de souligner une fois de plus l'absurdité de la situation, à chaque fois nourrie d'un terreau de rancunes, de sang versé et de surdité.

Je ne me risquerai pas à dire qui a raison ou tort, cela fait bien trop longtemps que cela est en place. J'ai cependant l'intuition que ces crimes profitent, je ne sais à qui, mais je ne peux pas m'empêcher de le penser.

Les 2 films, donc :

Valse avec Bachir, par Ari Folman

Valse avec Bachir est un film autobiographique. Ari Folman, metteur en scène israélien, a rendez-vous en pleine nuit dans un bar avec un ami en proie à des cauchemars récurrents, au cours desquels il se retrouve systématiquement pourchassé par une meute de 26 chiens. 26,…

Sans prix

Ce que je ne saurai jamais exprimer de ma voix, se manifeste à chaque pensée à toi, à chaque instant à t'attendre, à chacun de nos tête-à-tête, de nos corps à corps, de nos silences passés à se perdre dans le regard de l'autre, dans l'éclat de nos sourires.
A chaque évocation du passé, à chaque délice du moment présent, à chaque voeu prononcé pour l'avenir, la simplicité, la complicité, la clarté, l'honnêteté, le partage nous accompagnent.
Sans échaufadage précis, la mécanique du coeur aidant, on fait notre bonhomme de chemin.
Et ça me plait.

Neuf

2008 vient de se terminer.
L'occasion de faire un court bilan :
une histoire s'est terminéequelques voyages (Valence, Prague) et beaucoup plus de bornes kilométriques qu'en 20072 semestres d'études passés (il n'en reste plus qu'un)
un boulot qui change, au fur et à mesure, pour ne plus plaire
l'ascension lente mais présente de 2 passions fulgurantes : la photo et le chant
Et le plus important, ce qui me fait évoluer positivement de jour en jour :
un amour est né et grandit depuis

2009 sera l'année des projets (musique (?), immo, boulot).
Je la souhaite heureuse et pleine d'instants magiques à toutes et à tous :)