Accéder au contenu principal

Mon Santiago : par où/quoi/comment commencer ?

img_4579


J'aurai des scrupules à commencer par la fin et pourtant ce serait plus simple ... "elle survécut à toutes les épreuves physiques et morales, se rapprocha de sa mie pour ne faire plus qu'une et elles furent heureuses et eurent plein de lessive à faire en rentrant"...

Et pourtant ce serait plus simple. Et bien non, je ne céderai pas à la simplicité, tant cette aventure m'a apporté et appris sur moi, sur elle, sur nous, sur eux/elles.
J'aimerais aussi garder une trace sur laquelle se pencher quand j'aurai envie de souffler entre 2 déploiements de produits ou des réunions chiantes à Londres...

Alors, on y va ?
D'abord, quelques chiffres et mots-clés :
  • Le départ s'est fait depuis Saint-Jean-Pied-de-Port (ou Donibane Garazi en basque), dans les Pyrénées-Orientales. L'arrivée officielle a été Santiago de Compostella (Saint-Jacques de Compostelle) en Galice, l'arrivée réelle et la fin du chemin s'est faite à Fisterra (ou Finisterre) au bout du bout du bout de l'Espagne, pied sur l'Océan Atlantique. Oui, nous avons traversé l'Espagne d'est en ouest et principalement à pied
  • Nous avons emprunté un des nombreux chemins qui mènent à Santiago, celui nommé le Chemin Français ou Camino Frances
  • A pied, j'ai fait un peu plus de 600km (je calculerai sans doute le chiffre exact un de ces 4) et nous avons atteint Santiago en 28 étapes
  • A ces 600km il faut rajouter les 175km de "Meseta" en bus : c'est la partie de chemin qui se situe entre Burgos et Leon. Egalement 100km de bus entre Santiago et Fisterra (le bout du bout du bout ...) Je reviendrai plus tard sur le pourquoi et comment de ces raccourcis.
  • J'ai pris 765 photos et une dizaine de vidéos, quand ma mie se targue de plus de 3000.
  • J'ai porté jusqu'à 15 kilos et suis rentrée avec un sac de 13 kilos
  • J'ai eu des ampoules aux deux pieds pendant tout le trajet et la cheville droite enflée pendant une semaine
  • J'ai perdu 4 kilos et essaie de conserver cet avantage quelques temps

La suite ? Dans quelques jours :)

Commentaires

Anonyme a dit…
Que de chiffres ! J'attends les détails avec impatience ;-)
Brettromano a dit…
Ca fait bizarre de regarder derrière pour voir tout ça et de se dire qu'aujoud'hui la vie continu presque comme si de rien n'était.
Tu ne nous as pas dis le nombre de cailloux qu'il nous aura fallu éviter, le nombre de litre d'eau que tu as bus, les nombres de fois que le mot "escargot" ou "croute-mince" ont été prononcés... J'allai oublier, le nombre de fois qu'on a mangé ou failli manger mes pâtes au thon, champignons avec de la sauce tomates "fritos". Je me ferais bien une salade ziplock aussi. Avec le recul tous ces souvenirs sont loin de nous marquer d'un sourire galicien.
Grumly a dit…
C'est pas faux je rajouterai donc :
- 2 à 4 litres d'eau bus par jour au minimum (à multiplier par 28)
- 3 fois les pates au thon/champi/tomatos fritos (et parfois repris du rab')
- 1 seule salade ziplock mais ce sera à raconter plus tard...

Je rappelerai aussi que mon tapis de sol est le seul élément neuf que j'ai ramené d'Espagne (merci Brett)

Posts les plus consultés de ce blog

I just called to say I love you

10 ans plus tard. Ce premier baiser se répète, se renouvelle à l'infini, n'en finit pas.
Des hauts et des bas, à l'image des milliers de chemins que nous avons emprunté et que nous continuerons d'arpenter, avec de la joie, avec des larmes, avec un mélange doux amer.
L'amour, c'est beau et c'est moche. J'ai décidé de ne me nourrir que du beau, tout en apprenant du moche.
Te conquérir encore, construire plus fort, grandir avec toi toujours.
Just the Two of Us.

"Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale que d'être bien" (l'année 2015 en vrac)

Je finissais 2014 sur cette phrase

"Pour 2015, l'année de mes x5ans, continuer à vivre simplement et regarder demain avec autant d'envie qu'hier. "

Et bien cette année a été plus que riche en événements, provoqués ou subis, positifs et négatifs. Moins de naïveté face à l'absurde qui peut blesser, qui peut tuer.
Une conscience plus accrue du temps qui passe, du temps qui, comme dit Barbara, une fois perdu ne se rattrape plus.

Côté boulot, la fin d'un cauchemar de collègue, une promotion et le recrutement plutôt heureux de 2 collaborateurs. On fait les choses, malgré la lourdeur du paquebot et la houle pernicieuse. 2016 s'annonce prometteur avec de nouvelles bases.

Travailler dans un groupe média et y "vivre" les événements tragiques de janvier (surtout) puis de novembre a pris un sens particulier. Le détachement est une gageure dans ces moments. Surprise de voir comment la vie reprend vite le dessus, tout en traînant un poids, la peur, moin…

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.