Accéder au contenu principal

VéL'ibre

"


N'ayant eu la véritable occasion de tester le "précurseur" lyonnais (Vélo'V), j'avais une légère impatience à rouler en Vélib dès que l'occasion se serait présentée. Et cela, malgré les mauvais échos ourdis de ci de là (caution prélevée, vélos en mauvais état, bornes vides ou trop pleines, etc...), et les non-moins connus accidents mortels que ce nom peut évoquer pour certains.

Lorsque nous avons emménagé ici il y a 2 ans maintenant, des rumeurs circulaient sur la mise à disposition d'une borne Vélib à proximité du lieu. Il aura fallu attendre mai 2009 pour voir ce projet enfin se réaliser. Et moi, d'avoir un court trajet vraiment ennuyeux à faire à pied pour tenter enfin "le diable".

Tout d'abord, la procédure : munie de ma carte bleue, j'opte pour un forfait 1 jour à 1€, où les déplacements sont illimités et les 30 premières minutes gratuites. Ça tombe bien, mon trajet ne devrait pas dépasser les 15 minutes.
Après "lecture" des CGU, pré-autorisation de prélèvement de 150€, en cas de non-restitution du vélo. Vaut mieux pas être à découvert.
Je me vois attribuer un numéro d'abonné auquel j'adjoins un code de sécurité personnel, pour pouvoir profiter de l'abonnement à n'importe quelle borne.
Ensuite, je choisis le vélo à détacher, j'appuye sur le bouton de décrochage du vélo et c'est parti mon kiki.
Une fois dessus, la première impression : c'est bien lourd ! Je descends la selle histoire d'être plus à l'aise...
Le trajet se fait sans trop de difficultés entre la chaussée et le trottoir, Paris est d'un vide en ce début août.
Arrivée à destination, j'hésite entre attacher le vélo et le remettre à la borne disponible non loin. Pas encore familière du système d'attache, je choisis la seconde solution.
Pour le retour, hop le numéro d'abonné, le code, je choisis à nouveau le même vélo... et le rattache à sa borne d'origine.
Même si le trajet a semblé plus rapide et ludique, je ne suis pas sûre d'avoir gagné beaucoup de temps entre les tous les arrêts obligatoires qui jonchaient mon parcours.

Cela étant, j'ai apprécié cette première fois, qui a failli se faire sous la pluie (Paris, au mois d'août...) et vu que c'est valable 24 heures, je referai bien une deuxième tentative sous peu :)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.


George Michael - Older

Et nous vieillissons aussi.

A la recherche de l'indépendance

C'est peut-être l'approche de la quarantaine, les cheveux blancs un peu plus présents, mais tout m'amène à des réflexions sur le futur.
Le bonheur dans le travail, je le cherche encore. J'ai toujours mon objectif en tête, apprendre de mon rôle de consultante ce qu'il y a à savoir pour être un vrai caméléon, efficace mais détachée.
Alors oui, j'ai plus d'opportunités de changer, de côtoyer de nouveaux univers. Ça en est même perturbant parfois, j'en apprends beaucoup sur ma capacité d'(in)adaptation.
Pour le moment, je joue le jeu, mais... c'est décidé, je dois reprendre mon destin en main.
J'avais pensé à me mettre en indépendante mais la vérité, c'est que je voudrai ne plus travailler autant.
A la recherche de la recette miracle, je suis tombée sur des blogs, des livres prônant l'investissement, la création de rentes... ah, si j'étais riche. Est-ce que je serai heureuse ?

Alors je me lance, et quoi de mieux qu'un blog pour …