Accéder au contenu principal

De mon rôle dans la société



Ma mère m'a rendu visite il y a quelques jours maintenant. Ca faisait ... pfiouuu... minimum 5 ans qu'un de mes 2 parents n'était pas venu chez moi, et pour cause. A l'époque, je vivais avec mon ex, et à moins de la jeter à la rue ou de la renvoyer chez ses parents au fin fond du 91, il n'y avait pas beaucoup de solutions. A l'époque, je n'avais pas fait mon coming-out. Prétextes bidons et agenda chargé furent ma bouée de sauvetage, non seulement pour les recevoir, mais aussi pour aller les voir, car je ne voulais être loin d'elle.

Puis, mon ex et moi avons rompu, et je me suis trouvée à nouveau seule dans mon appart'. Inviter mes parents sans avoir à me justifier sur la présence de traces d'une vie de couple redevenait possible. J'avais compris dans leurs phrases et dans leur regard qu'ils fantasmaient à fond ma vie parisienne. M'imaginant sans doute macquée avec un mec, vivant avec lui, mais sans vouloir leur en parler...

Transportée et revigorée par ma nouvelle relation, je me suis sentie plus forte pour franchir enfin le pas du coming-out, ce qui fut fait en août dernier. Cette étape m'a libéré d'un sacré poids, et surtout permettait d'envisager d'avoir des contacts, d'aller les voir ou de les inviter en ayant été claire sur ma situation.

Ma mère est donc venue, le temps du week-end long de Pâques.
Rassurée par le fait que je n'habitais pas sous les ponts, mais un petit appart' fonctionnel, rassurée aussi parce que j'étais bien installée et indépendante.
Un soir, alors qu'elle n'arrive pas à dormir, on commence une petite discussion... ma mère d'attaquer sur ma "bonne" situation, et là je la sens venir très vite sur ce qu'elle veut aborder.
"Il ne te manque plus qu'un mari !"
Ben tiens...

Je lui réponds que je n'avais pas besoin de mari... enfin, pourquoi faire ? J'avais une "bonne" situation, elle-même le reconnaissait.
"Les enfants ? " ah oui les enfants... ben je n'ai pas besoin d'un mari pour avoir des enfants. Et je n'ai pas besoin de me marier pour avoir des enfants. De là à rentrer sur le sujet de l'homoparentalité, c'était un peu tôt ;)
"Oui mais tu n'auras pas de bénédiction alors" ... ah c'est ça.
"Tu sais tu vas bientôt voir 30 ans, ... " Le temps m'est compté, statistiquement parlant, c'est vrai. Je n'ai pas besoin qu'on me presse.

Je veux prendre le temps de vivre. Ce que je vis là socialement, professionnellement et surtout amoureusement, j'en ai toujours rêvé. Je pensais être handicapée à tous les niveaux, la vie m'a prouvé le contraire.
Mère pondeuse, ce n'est pas du tout mon trip. Non, je veux être une maman, aimer mes enfants, partager le sel de la vie, leur donner tout ça... avec celle que j'aime. Je n'ai pas besoin d'un homme pour ça. Je n'ai pas besoin de renier ce que je suis pour ça.

Au diable les rôles attribués d'avance. L'excitation provient des surprises qu'on peut créer !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

I just called to say I love you

10 ans plus tard. Ce premier baiser se répète, se renouvelle à l'infini, n'en finit pas.
Des hauts et des bas, à l'image des milliers de chemins que nous avons emprunté et que nous continuerons d'arpenter, avec de la joie, avec des larmes, avec un mélange doux amer.
L'amour, c'est beau et c'est moche. J'ai décidé de ne me nourrir que du beau, tout en apprenant du moche.
Te conquérir encore, construire plus fort, grandir avec toi toujours.
Just the Two of Us.

"Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale que d'être bien" (l'année 2015 en vrac)

Je finissais 2014 sur cette phrase

"Pour 2015, l'année de mes x5ans, continuer à vivre simplement et regarder demain avec autant d'envie qu'hier. "

Et bien cette année a été plus que riche en événements, provoqués ou subis, positifs et négatifs. Moins de naïveté face à l'absurde qui peut blesser, qui peut tuer.
Une conscience plus accrue du temps qui passe, du temps qui, comme dit Barbara, une fois perdu ne se rattrape plus.

Côté boulot, la fin d'un cauchemar de collègue, une promotion et le recrutement plutôt heureux de 2 collaborateurs. On fait les choses, malgré la lourdeur du paquebot et la houle pernicieuse. 2016 s'annonce prometteur avec de nouvelles bases.

Travailler dans un groupe média et y "vivre" les événements tragiques de janvier (surtout) puis de novembre a pris un sens particulier. Le détachement est une gageure dans ces moments. Surprise de voir comment la vie reprend vite le dessus, tout en traînant un poids, la peur, moin…

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.