Accéder au contenu principal

Souffler une bougie

DSC00094


Il y a 4 ans, mes élucabrations ergotiques et électroniques commençaient à poindre sur Internet. Mon souhait : suivre un peu le mouvement (blogger c'était la grande mode), tout en essayant de sortir du lot. Mes motivations initiales tournaient autour de la vulgarisation informatique, de l'actualité (y compris celle autour de l'handicap), et réaliser un journal de bord de mon régime que j'entamais alors.

Cet espace a évolué au fil du temps. Au tout début, j'utilisais Thingamablog pour des raisons techniques. Très utile mais peu évolutif, et d'un usage limité.
Ensuite, le 15 juillet 2007, à l'occasion d'un crash et d'un changement informatique, grande décision pour migrer sur un blog hébergé en ligne. Et après pas mal de tergiversations autour du tout-Google, je finis par céder et ouvrir mon compte chez Blogger. Pour l'instant, je ne regrette pas, bien que les possibilités de sauvegarde des données qui sont offertes restent peu accessibles.
Cet accès facilité au blog et à sa gestion m'a permis d'écrire plus souvent, de n'importe où, n'importe quand.
Aujourd'hui, en face des nouveaux modes de communiquer/partager en ligne qui existent (Facebook, Twitter, etc.), blogger reste pour moi une belle fenêtre dans laquelle je jette un oeil de temps à autre pour me souvenir, et dans laquelle je me jette pour tenter d'exprimer mes envies, mes coups de gueule, mes désirs, mes étonnements, ... mes Grum(e)lages, en somme.

A ce blog, je lui offre un nouvel habillage, histoire de marquer le coup !

Aux quelques rares visiteurs/euses de ce lieu, je vous salue bien bas :)

Commentaires

Anonyme a dit…
Chaque blog est en effet une aventure à part entière et son histoire est très révélatrice de son auteur-e…

"…bien que les possibilités de sauvegarde des données qui sont offertes restent peu accessibles…" >> wordpress le permet avec import depuis n'importe quel autre blog en 1 clic (dot com : version gratos hébergée OU dot org : version freestyle)
Mat a dit…
Happy birthday alors !
Grumly a dit…
> yxelle : et encore, je n'ai pas tout dit sur mes VERITABLES intentions internetiques :p

> Mat : merci ;)

Posts les plus consultés de ce blog

I just called to say I love you

10 ans plus tard. Ce premier baiser se répète, se renouvelle à l'infini, n'en finit pas.
Des hauts et des bas, à l'image des milliers de chemins que nous avons emprunté et que nous continuerons d'arpenter, avec de la joie, avec des larmes, avec un mélange doux amer.
L'amour, c'est beau et c'est moche. J'ai décidé de ne me nourrir que du beau, tout en apprenant du moche.
Te conquérir encore, construire plus fort, grandir avec toi toujours.
Just the Two of Us.

"Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale que d'être bien" (l'année 2015 en vrac)

Je finissais 2014 sur cette phrase

"Pour 2015, l'année de mes x5ans, continuer à vivre simplement et regarder demain avec autant d'envie qu'hier. "

Et bien cette année a été plus que riche en événements, provoqués ou subis, positifs et négatifs. Moins de naïveté face à l'absurde qui peut blesser, qui peut tuer.
Une conscience plus accrue du temps qui passe, du temps qui, comme dit Barbara, une fois perdu ne se rattrape plus.

Côté boulot, la fin d'un cauchemar de collègue, une promotion et le recrutement plutôt heureux de 2 collaborateurs. On fait les choses, malgré la lourdeur du paquebot et la houle pernicieuse. 2016 s'annonce prometteur avec de nouvelles bases.

Travailler dans un groupe média et y "vivre" les événements tragiques de janvier (surtout) puis de novembre a pris un sens particulier. Le détachement est une gageure dans ces moments. Surprise de voir comment la vie reprend vite le dessus, tout en traînant un poids, la peur, moin…

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.