Accéder au contenu principal

Le crime farpait d'Alex de la Iglesias (Crimen ferpecto)

Le crime farpait.

Pourquoi un tel titre ? 2 références : tout d'abord au film Le crime était presque parfait du grand maître Alfred Hitchcock. Et ensuite, plus caustique, un hommage à Obélix le personnage de Goscinny et Uderzo : Quand Obélix se saoulait dans "Les Lauriers de César", il disait toujours : "Farpaitement !""

Le dernier film en date d'Alex de la Iglesias, que j'ai eu l'occasion de voir en avant-première et en présence du réalisateur s'il vous plaît. Je ne connaissais pas du tout Alex de la Iglesias, d'après son nom j'aurais pu dire qu'il était espagnol, et ... c'est tout.

Et je confirme : il est bien ... espagnol, et bien en chair (ca arrive oui, même aux meilleurs). J'ai appris également qu'il était le réalisateur du film Le Jour de la bête, film culte paraît-il dans le domaine de l'humour noir.

Sous des airs de thriller à l'ancienne, tout en restant dans le contemporain en prenant comme lieu du crime un grand centre commercial, ce film crie du début jusqu'à la fin des vérités plutôt dérangeantes, sinon tabou.

Il n'est pas bon d'être moche (et pourtant même le réalisateur est loin du canon de beauté).

Il n'est pas bon d'être second.

Il n'est pas bon d'être trop ambitieux.

Finissons quand même sur une note positive : ce film est plutôt drôle, le scénario se tient et finalement tout est bien qui finit bien (enfin ... peut-être pas).

Enfin, un certain grand réalisateur américain s'est proposé d'en faire un remake. Hum, est-ce bien nécessaire ? Je ne pense pas, ce film a le mérite d'exister et il peut bien exister par lui-même, c'est sûr. Ces américains alors...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.


George Michael - Older

Et nous vieillissons aussi.

A la recherche de l'indépendance

C'est peut-être l'approche de la quarantaine, les cheveux blancs un peu plus présents, mais tout m'amène à des réflexions sur le futur.
Le bonheur dans le travail, je le cherche encore. J'ai toujours mon objectif en tête, apprendre de mon rôle de consultante ce qu'il y a à savoir pour être un vrai caméléon, efficace mais détachée.
Alors oui, j'ai plus d'opportunités de changer, de côtoyer de nouveaux univers. Ça en est même perturbant parfois, j'en apprends beaucoup sur ma capacité d'(in)adaptation.
Pour le moment, je joue le jeu, mais... c'est décidé, je dois reprendre mon destin en main.
J'avais pensé à me mettre en indépendante mais la vérité, c'est que je voudrai ne plus travailler autant.
A la recherche de la recette miracle, je suis tombée sur des blogs, des livres prônant l'investissement, la création de rentes... ah, si j'étais riche. Est-ce que je serai heureuse ?

Alors je me lance, et quoi de mieux qu'un blog pour …