Accéder au contenu principal

Une (vraie) solution pour loger les étudiants ?

Prenez un p'ti vieux qui habite tout seul dans son 100 m2. Prenez un jeune étudiant qui n'a que des problèmes pour trouver un logement. Jaugez de leur capacité à vivre sous le même toit, mettez-les ensemble (nan, pas la peine de les marier, voyons). Si ça marche, enorgueillez-vous d'avoir fait d'un coup 2 heureux !

L'idée paraît bête mais simple, c'est une association bénévole parisienne qui tente de la mettre en place sur Paris, ville réputée pour son vivier ôooo combien important de logements pour étudiants. Elle a le mérite de sortir les vieux de leur isolement (pour autant que le jeune veuille bien jouer le jeu du contact), et le plus souvent, l'étudiant aura un toit pas trop loin de son lieu d'études. A ce jour, il y aurait une cinquantaine de couples étudiants-personnes âgées qui utiliserait ce système.

L'idée n'est pas nouvelle : en Espagne, dans les grandes villes, cela existe depuis un bout de temps. Je n'y mettrai pas ma main au feu, mais il y a des chances pour que ce soit également en place dans d'autres pays européens.

Est-ce que cela exonère pour autant l'Etat de vraiment trouver des solutions pour ce problème sempiternel ? Non, mais on remarquera quand même que c'est encore le milieu associatif qui s'y colle.

Initiative à suivre donc...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Toto Feat Cheryl Lynn - Georgy Porgy

Plus jamais la même

Cette année est passée comme un éclair, et pourtant, il s'en est déroulé les choses.
Je l'ai débuté avec quelque chose que je devais résoudre. Des soucis de santé qui m'ont obligé à me recentrer.
Jusqu'à 5 minutes avant de m'endormir sur la table, je pensais que j'allais mourir là, l'impression d'avoir bien vécu, d'avoir eu mes accidents de vie, de ne pas avoir eu le temps de faire la paix avec tous et avec tout.
C'est étrange cette sensation que tout va s'arrêter, alors qu'objectivement il n'en est rien. Tout est dans la tête.
La dernière chose à laquelle j'ai pensé avant de m'évanouir, c'était la personne que je serai en me réveillant. Plus jamais la même.

Je ne le savais pas encore mais cet événement, et puis la convalescence qui a suivi, ont été fondateurs de la personne que j'ai été pour le reste de l'année.
Déjà, l'intuition que le bonheur n'est pas totalement dans le travail, et que je devais toujo…

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.