Accéder au contenu principal

Va, vis et deviens, de Radu Mihaileanu

Dans quelques minutes, direction ciné pour voir ce film.

Synopsis : En 1984, des milliers d'Africains victimes de la famine se retrouvent dans des camps. Une action humanitaire mène des milliers de Juifs Ethiopiens vers Israël. Une mère chrétienne pousse son fils de 9 ans à se déclarer juif, pour échapper à la mort. Il est alors adopté par une famille française de Tel-Aviv et grandit avec la peur d'être démasqué. Il va découvrir l'amour, la culture occidentale, la judaïté mais aussi le racisme et la guerre. (Sources : Allociné.fr)

Réactions : Sans forcément tomber dans le pathos ou le mélo, ce film a le mérite de mettre le doigt sur certais réalités historiques et de société souvent méconnus du monde occidental. L'existence même des Falashas, ces juifs noirs d'Ethiopie dits "descendants du roi Salomon et de la reine de Saaba", fascine autant que leur situation est inquiétante et compromettante aux yeux de l'opinion israélienne. J'avais vu un documentaire sur Arte il y a quelques années, c'est ainsi que j'en ai pris connaissance.

Plusieurs leçons sont sans doute à retenir en sortant de la salle. Ce que je retiens pour ma part, ce sont quelques éléments qui me confortent dans l'idée de vivre ma vie comme je l'entends (et c'est loin d'être simple).

A noter que ce film a comme autres palmarès : le prix du jury et le prix du Grand Public du Festival de Berlin, le label Europa Cinemas.

A voir donc :o)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.


George Michael - Older

Et nous vieillissons aussi.

A la recherche de l'indépendance

C'est peut-être l'approche de la quarantaine, les cheveux blancs un peu plus présents, mais tout m'amène à des réflexions sur le futur.
Le bonheur dans le travail, je le cherche encore. J'ai toujours mon objectif en tête, apprendre de mon rôle de consultante ce qu'il y a à savoir pour être un vrai caméléon, efficace mais détachée.
Alors oui, j'ai plus d'opportunités de changer, de côtoyer de nouveaux univers. Ça en est même perturbant parfois, j'en apprends beaucoup sur ma capacité d'(in)adaptation.
Pour le moment, je joue le jeu, mais... c'est décidé, je dois reprendre mon destin en main.
J'avais pensé à me mettre en indépendante mais la vérité, c'est que je voudrai ne plus travailler autant.
A la recherche de la recette miracle, je suis tombée sur des blogs, des livres prônant l'investissement, la création de rentes... ah, si j'étais riche. Est-ce que je serai heureuse ?

Alors je me lance, et quoi de mieux qu'un blog pour …