Accéder au contenu principal

L'Etat vend 6% de France Télécom

Ben voyons ...

Qui d'autre mieux que son président actuel connaît le groupe France Télécom de A à Z ? ... Le ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, monsieur Thierry Breton. Si,si.

Je trouve sa (re)nomination de plus en plus déplacée. Même s'il n'est plus dans le Groupe, il garde quand même une certaine autorité et un pouvoir direct sur la gestion financière et économique de ce dernier.

Est-ce que l'Etat se désengageant, cela a un impact sur l'emploi ? A première vue, je ne vois pas le lien direct. Si ce n'est qu'on a l'impression quand même que l'on fait tout pour satisfaire grandement les actionnaires, faisant fi du facteur humain dans l'entreprise. Ces actionnaires qui ne pensent que chiffres en premier (les banques, surtout). L'actionnariat salarié n'est pas assez élèvé pour éventuellement créer un contrepoids ou éviter au maximum le "marché boursier-roi".

Pour ce qui est des fonctionnaires cela n'a a priori impact, ils restent fonctionnaires selon une loi créée en 2003.

En revanche, quand on sait que le Groupe a certes diminué sa dette record annoncé en 2002, que les économies et la pression continuent de se faire, tant sur les départs en (pré-)retraite non remplacés, que sur les achats et le coût des postes de travail en eux-mêmes (avec des délocalisations de postes en Inde, en Egypte, au Brésil pour la filiale Equant par exemple), on remarque bien que malgré le discours, les faits sont là : le Groupe lorgne sur l'effectif de 108000 presonnes (dont 88000 fonctionnaires) pour voir si on ne peut pas là aussi, optimiser le coût de la ressource humaine. Quel est l'intérêt sinon de toutes ces actions ? J'avoue ne pas comprendre...

Par ailleurs, très révélateur, le Groupe adopte la présentation de ses comptes selon les normes internationales. Ces normes orientées très anglo-saxonnes, considèrent que les salariés d'une entreprise sont une charge (dans le sens comptable) comme une autre. Voilà le salarié ramené à une simple variable.

Pour en revenir à cette histoire de vente d'actions par l'Etat, il a le droit de retirer son investisement, c'est normal. Là où je suis quand même choquée, c'est que c'est là la première mesure adoptée par le gouvernement de Villepin, et il n'a pas l'air de se soucier des conditions d'emploi des salariés du Groupe. Au lieu de manifester son intérêt pour l'emploi français (qui se ne résume pas à FT), il retire, lentement mais sûrement, ses billes sans sourciller. Sans recommandations. Sans conseils. Mais a-t-il le droit d'intervenir ? Je ne sais pas. Et lors d'éventuelles annonces de "plan social" déguisé, j'attends de voir la position de l'Etat sur de telles mesures. Sera-t-il un acteur sourd et muet ? La suite aux prochains épisodes.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.


George Michael - Older

Et nous vieillissons aussi.

A la recherche de l'indépendance

C'est peut-être l'approche de la quarantaine, les cheveux blancs un peu plus présents, mais tout m'amène à des réflexions sur le futur.
Le bonheur dans le travail, je le cherche encore. J'ai toujours mon objectif en tête, apprendre de mon rôle de consultante ce qu'il y a à savoir pour être un vrai caméléon, efficace mais détachée.
Alors oui, j'ai plus d'opportunités de changer, de côtoyer de nouveaux univers. Ça en est même perturbant parfois, j'en apprends beaucoup sur ma capacité d'(in)adaptation.
Pour le moment, je joue le jeu, mais... c'est décidé, je dois reprendre mon destin en main.
J'avais pensé à me mettre en indépendante mais la vérité, c'est que je voudrai ne plus travailler autant.
A la recherche de la recette miracle, je suis tombée sur des blogs, des livres prônant l'investissement, la création de rentes... ah, si j'étais riche. Est-ce que je serai heureuse ?

Alors je me lance, et quoi de mieux qu'un blog pour …