Accéder au contenu principal

"Batman Begins" de Christopher Nolan

Synopsis : Comment un homme seul peut-il changer le monde ? Telle est la question qui hante Bruce Wayne depuis cette nuit tragique où ses parents furent abattus sous ses yeux, dans une ruelle de Gotham City. Torturé par un profond sentiment de colère et de culpabilité, le jeune héritier de cette richissime famille fuit Gotham pour un long et discret voyage à travers le monde. Le but de ses pérégrinations : sublimer sa soif de vengeance en trouvant de nouveaux moyens de lutter contre l'injustice. Durant cette quête, Bruce rencontre le mystérieux Ducard. Devenu son mentor, celui-ci l'initie aux disciplines physiques et mentales nécessaires à ses futurs combats. Bruce est bientôt invité à rejoindre la Ligue des Ombres, une puissante organisation subversive, adepte d'une justice expéditive, que dirige l'énigmatique Ra's Al Ghul. (Sources : allociné.fr).

Pour tout dire, je ne suis, à la base, pas très fan de ces adaptations cinématographiques des fameux "comics" américains qui ont surtout sévi dans les années 50. Ils étaient alors vecteurs de certains messages politiques et/ou sociaux, de façon directe ou indirecte.

Exit Daredevil, Hulk, et autres X-men que j'ai fui comme je pouvais. En revanche, très intriguée par les critiques faites sur ce nouveau "Batman", ayant de très bons souvenirs des précédents, et ayant un faible pour Katie Holmes, je n'ai pas hésité 2 secondes à m'enfermer en salle obscure pour ce film.

Et quel film. Dominé par des scènes théatrales et chorégraphiées comme des ballets (pour certaines), utilisant pas ou très peu d'effets spéciaux (juste ce qu'il faut en fait), ce film raconte aussi une histoire. Une histoire qui révèle que rien n'est tout blanc ni tout noir, le bien et le mal sont très proches, et il n'est pas besoin d'avoir de super-pouvoirs pour se sentir et se comporter en "héros", en modèle du genre.

Ce que je retiens de ce film : il est important quoiqu'il arrive d'avoir ses propres convictions et de s'y tenir, quel qu'en soit le prix.

La distribution est "nickel chrome", chaque scène nous réserve une surprise, rien n'est joué d'avance, même si, comme tout bon film américain "tout est bien qui finit bien". Enfin, si on veut.

Bref, un film à voir sur grand écran. Je pense qu'en diffusion télé, ça ne rendra pas pareil.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.


George Michael - Older

Et nous vieillissons aussi.

A la recherche de l'indépendance

C'est peut-être l'approche de la quarantaine, les cheveux blancs un peu plus présents, mais tout m'amène à des réflexions sur le futur.
Le bonheur dans le travail, je le cherche encore. J'ai toujours mon objectif en tête, apprendre de mon rôle de consultante ce qu'il y a à savoir pour être un vrai caméléon, efficace mais détachée.
Alors oui, j'ai plus d'opportunités de changer, de côtoyer de nouveaux univers. Ça en est même perturbant parfois, j'en apprends beaucoup sur ma capacité d'(in)adaptation.
Pour le moment, je joue le jeu, mais... c'est décidé, je dois reprendre mon destin en main.
J'avais pensé à me mettre en indépendante mais la vérité, c'est que je voudrai ne plus travailler autant.
A la recherche de la recette miracle, je suis tombée sur des blogs, des livres prônant l'investissement, la création de rentes... ah, si j'étais riche. Est-ce que je serai heureuse ?

Alors je me lance, et quoi de mieux qu'un blog pour …