Accéder au contenu principal

s'éloigner, être proches

Paris, métro ligne 14, un vendredi de mai. Fin de journée harassante, je n'ai qu'une hâte, rentrer, virer les chaussures et les chaussettes (et pourquoi pas le reste)... Sortir de cette camisole socio-professionnelle , mettre un CD détente, allumer mon PC. Mais avant, passage obligé par l'indispensable mais "rapide comme l'éclair" ligne 14.

Station xxxx (en fait je m'en souviens plus, sauf que ça ne peut pas être Gare de Lyon). Nos 2 rames s'arrêtent en même temps. Moi, comme d'habitude le regard sur la rame d'à côté, à la recherche d'un look "sortant de l'ordinaire", ou d'un futur sujet de dessin.

Nos regards se croisent. Elle doit avoir plus de 30 ans et moins de 60 ans. Elle tire la tronche bien habituelle du Parigot dans le métro (un poil dans la lune, un poil désabusé, peut-être des 2). Des lunettes carrées noires, une coupe classique.

Et voilà qu'ti pas que je lui sors un bon gros sourire des familles.

Ca ne manque pas, elle sourit à son tour. Imparable, mon sourire.

Quelques secondes plus tard, ce sont nos mains qui feront un dernier salut, presque simultanément, alors que les rames s'éloignent.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

I just called to say I love you

10 ans plus tard. Ce premier baiser se répète, se renouvelle à l'infini, n'en finit pas.
Des hauts et des bas, à l'image des milliers de chemins que nous avons emprunté et que nous continuerons d'arpenter, avec de la joie, avec des larmes, avec un mélange doux amer.
L'amour, c'est beau et c'est moche. J'ai décidé de ne me nourrir que du beau, tout en apprenant du moche.
Te conquérir encore, construire plus fort, grandir avec toi toujours.
Just the Two of Us.

"Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale que d'être bien" (l'année 2015 en vrac)

Je finissais 2014 sur cette phrase

"Pour 2015, l'année de mes x5ans, continuer à vivre simplement et regarder demain avec autant d'envie qu'hier. "

Et bien cette année a été plus que riche en événements, provoqués ou subis, positifs et négatifs. Moins de naïveté face à l'absurde qui peut blesser, qui peut tuer.
Une conscience plus accrue du temps qui passe, du temps qui, comme dit Barbara, une fois perdu ne se rattrape plus.

Côté boulot, la fin d'un cauchemar de collègue, une promotion et le recrutement plutôt heureux de 2 collaborateurs. On fait les choses, malgré la lourdeur du paquebot et la houle pernicieuse. 2016 s'annonce prometteur avec de nouvelles bases.

Travailler dans un groupe média et y "vivre" les événements tragiques de janvier (surtout) puis de novembre a pris un sens particulier. Le détachement est une gageure dans ces moments. Surprise de voir comment la vie reprend vite le dessus, tout en traînant un poids, la peur, moin…

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.