Accéder au contenu principal

De la mauvaise foi ou de la misogynie ?

Ca fait 2 fois. 2 fois que je lui raccroche limite au nez, le souffle fort, les nerfs à vif, debout à tourner autour de ma chaise pour me contenir. Et pourtant, rien ne s'arrange...

Il s'appelle B. Je dois bosser avec lui pour une de mes activités, lui m'apporte la solution et je suis son sponsor. Enfin d'après lui, ce n'est pas moi son sponsor, c'est mon chef, c'est l'homme avec un H, celui qui a le même statut que lui dans la boite. Il ne le dira jamais, ses dérives trahissent sa pensée.

Cela fait 2 fois que je m'oppose à sa non-argumentation. On doit être collaboratifs et donc partager les décisions à appliquer. Ses positions ne sont pas argumentées, je demande de détailler. Il défaille, en appelle à l'escalade hiérarchique après quelques gloussements.

C'est plein de contradictions. Il est dans une position forte (en théorie), et moi je devrai m'écraser à dire oui. Je dis non et finalement c'est la hiérarchie qui s'imposerait à ma tête de mule.

C'est fatiguant, énervant, perte de temps et je ne sais plus quoi faire. Que feriez-vous à ma place ?

Commentaires

Sistadu69 a dit…
Viser plus haut, changer de boite, s'aerer le cerveau, voir d'autress personnes, d'autres objectifs, d'autres projets..

Posts les plus consultés de ce blog

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.


George Michael - Older

Et nous vieillissons aussi.

A la recherche de l'indépendance

C'est peut-être l'approche de la quarantaine, les cheveux blancs un peu plus présents, mais tout m'amène à des réflexions sur le futur.
Le bonheur dans le travail, je le cherche encore. J'ai toujours mon objectif en tête, apprendre de mon rôle de consultante ce qu'il y a à savoir pour être un vrai caméléon, efficace mais détachée.
Alors oui, j'ai plus d'opportunités de changer, de côtoyer de nouveaux univers. Ça en est même perturbant parfois, j'en apprends beaucoup sur ma capacité d'(in)adaptation.
Pour le moment, je joue le jeu, mais... c'est décidé, je dois reprendre mon destin en main.
J'avais pensé à me mettre en indépendante mais la vérité, c'est que je voudrai ne plus travailler autant.
A la recherche de la recette miracle, je suis tombée sur des blogs, des livres prônant l'investissement, la création de rentes... ah, si j'étais riche. Est-ce que je serai heureuse ?

Alors je me lance, et quoi de mieux qu'un blog pour …