Accéder au contenu principal

Le 10 Mai

Jour de mémoire, pour ne pas oublier, pour que l'histoire ne se répète jamais...

On a connu les colonies, l'anthropophage économie
La félonie, la traite d'esclaves, la dette, le F.M.I.
Bruno, Jean-Marie, si j'cours j'ai des raisons
Les mêmes que les deux nègres maigres sous un avion.
Avant c'était déjà grave de voir des fers qui entravent
Paysage de Gorée, Maison des esclaves
Caves sans amour, sans retour ni recours
Sans Cour de Cassation, sans oreilles pour entendre "au secours"
Où sont passés les baobabs et les hordes de gosses
Dans cette ère de négoce où ne vivent que les big boss.
Rentabilité - instabilité - imbécillité
N'ont fait qu'augmenter les taux de mortalité.
Ce sont des larmes qui coulent dans nos artères
Psychose séculaire j'ai peur quand j'entends charter
Parfois je rêve de mettre un gun dans un paquet d'chips
De braquer la Banque Mondiale. Pour tout donner aux townships
C'est trop complexe. Où sont les droits de l'Homme
L'Homme laisse l'Homeless homeless zigzague et slalome
Donc shalom à tous les gens qui ont connu la haine
Aux enfants de Bohême, Solaar Mamadou Cohen
En soliloque je développe des antidotes non-stop
Fuck la parlotte et démenotte les brainlocks.
Je suis socio-poétique sur mike ou sur cahier
Sans brailler. On n'est pas frileux. Pas peur de cailler.

On a connu les colonies

Par le passé, y a beaucoup d'actes qui nous ont mis les nerfs
Frères et sœurs c'est l'heure du pacte pour ce millénaire
L'enfer gère la Terre Mère, Lucifer et Faust
Entrent dans leurs têtes dans le but de refaire l'Holocauste
J'ai vu des mecs parler de haine à la tribune
D'une façon scientifique. Élimination par l'urne !
Donc j'donne la paix à ceux qui me suivent dans l'OPA.
Face à la barbarie, cela sans mea culpa
Si on est là c'est pour toujours pousser l'amour
Pour que nos parcours, chaque jour, coupent la route aux vautours
Et va pas croire cette fois qu'ce sont des bavures
Je t'assure. S'ils ont la haine, on a la bravoure.
Une petite fille vient de naître, elle s'appelle Mélissa
Et si j'opte pour le vote, c'est pour pas qu'elle vive ça.
La vie est belle petite, malgré ces quelques pitres
Fin d'chapitre pour tous les gosses dès l'âge du pupitre.

On a connu les colonies

MC Solaar, Les Colonies
extrait de l'album Le Cinquième As (2001)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.


George Michael - Older

Et nous vieillissons aussi.

A la recherche de l'indépendance

C'est peut-être l'approche de la quarantaine, les cheveux blancs un peu plus présents, mais tout m'amène à des réflexions sur le futur.
Le bonheur dans le travail, je le cherche encore. J'ai toujours mon objectif en tête, apprendre de mon rôle de consultante ce qu'il y a à savoir pour être un vrai caméléon, efficace mais détachée.
Alors oui, j'ai plus d'opportunités de changer, de côtoyer de nouveaux univers. Ça en est même perturbant parfois, j'en apprends beaucoup sur ma capacité d'(in)adaptation.
Pour le moment, je joue le jeu, mais... c'est décidé, je dois reprendre mon destin en main.
J'avais pensé à me mettre en indépendante mais la vérité, c'est que je voudrai ne plus travailler autant.
A la recherche de la recette miracle, je suis tombée sur des blogs, des livres prônant l'investissement, la création de rentes... ah, si j'étais riche. Est-ce que je serai heureuse ?

Alors je me lance, et quoi de mieux qu'un blog pour …