Accéder au contenu principal

Montell Jordan

I'm kinda buzzed and its all because
(this is how we do it)


Mai 1995 - je m'apprête à partir en Espagne.
Séjour linguistique organisé par l'école.
A l'époque, j'étais déjà dans mon monde. Pas vraiment d'ami(e)s à l'école, mon seul compagnon, et déjà mon vice (jusqu'à ce jour) : un baladeur cassette audio/radio Aïwa.
Je marche beaucoup à la mémoire auditive. J'associe très souvent un son à des souvenirs particuliers, et qui ressurgissent, si je me concentre un peu, dès que je ré-entends une mélodie, un refrain.
Ainsi, pour mon premier voyage hors de France, inauguré avec l'établissement obligatoire de ma carte d'identité française, et formulaire E111 fourni, je voulais garder en mémoire ce périple.
L'ambiance, les décors.
Les visites culturelles.
La mer, que je voyais pour la première fois de ma vie.
La vie espagnole.

Mon choix : Montell Jordan.
Je ne sais plus pourquoi, mais voilà. C'était lui.
Et pendant tout le séjour, depuis le départ en bus, les balades en mer, devant le musée Dali, l'appartement avec vue double montagne/mer (au coucher du soleil), jusqu'au retour chez mes parents et ma sieste de 14h (jamais rééditée)... cet album m'a accompagné.
A cette époque, je ne comprenais pas trop l'anglais, ni les paroles. Ce sont plutôt les musiques qui m'ont ennivré.

C'est comme ça qu'une addiction est née. Tout ce qu'il a sorti par la suite, j'ai tout raflé.

Notamment ça :

Get it on tonite

En ce qui concerne ce titre, pas mal de gens autour de moi connaissent ce titre mais sans savoir que c'était de mon artiste préféré.

25 Mai 2002. Concert de Montell Jordan, au Bataclan, pour accompagner la promo de son dernier album éponyme, et à ce jour l'avant-dernier de sa discographie.
Mon premier concert parisien. Je ne pouvais pas le manquer.

Entre 2 chansons, il essaie de voir si le public est chaud, en balançant :
I'm kinda buzzed and its all because

Et le public de répondre en coeur
THIS IS HOW WE DO IT !!!

Et il nous aura fait languir tout du long, pour l'interpréter en dernier, une fin en apothéose.

La boucle est bouclée.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

I just called to say I love you

10 ans plus tard. Ce premier baiser se répète, se renouvelle à l'infini, n'en finit pas.
Des hauts et des bas, à l'image des milliers de chemins que nous avons emprunté et que nous continuerons d'arpenter, avec de la joie, avec des larmes, avec un mélange doux amer.
L'amour, c'est beau et c'est moche. J'ai décidé de ne me nourrir que du beau, tout en apprenant du moche.
Te conquérir encore, construire plus fort, grandir avec toi toujours.
Just the Two of Us.

"Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale que d'être bien" (l'année 2015 en vrac)

Je finissais 2014 sur cette phrase

"Pour 2015, l'année de mes x5ans, continuer à vivre simplement et regarder demain avec autant d'envie qu'hier. "

Et bien cette année a été plus que riche en événements, provoqués ou subis, positifs et négatifs. Moins de naïveté face à l'absurde qui peut blesser, qui peut tuer.
Une conscience plus accrue du temps qui passe, du temps qui, comme dit Barbara, une fois perdu ne se rattrape plus.

Côté boulot, la fin d'un cauchemar de collègue, une promotion et le recrutement plutôt heureux de 2 collaborateurs. On fait les choses, malgré la lourdeur du paquebot et la houle pernicieuse. 2016 s'annonce prometteur avec de nouvelles bases.

Travailler dans un groupe média et y "vivre" les événements tragiques de janvier (surtout) puis de novembre a pris un sens particulier. Le détachement est une gageure dans ces moments. Surprise de voir comment la vie reprend vite le dessus, tout en traînant un poids, la peur, moin…

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.