Accéder au contenu principal

Souvenir triste

C'étant l'an dernier.

" Un incendie s'est déclaré la nuit dernière dans un vieux bâtiment du 13 ème arrondissement de Paris, boulevard Vincent Auriol. Ce n'était pas un squatt, mais un immeuble dans lequel des ONG hébergeaient des familles africaines (sénégalaises et maliennes pour la plupart). Les médias parlent de 17 morts, dont 14 enfants."

J'en parlais .

Ca avait eu comme incidence médiatique ceci :

"La bourrasque médiatique est passée par là. Avec l'effet pervers connu de tous : l'expulsion systématisée des bâtiments "jugés insalubres", commanditée et réclamée par le Ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy. Sans forcément reloger les familles par la suite... du moins je n'en ai pas entendu parler.

Pour les personnes du boulevard Vincent Auriol, la plupart a été relogée (Picpus, Porte Dorée, Porte d'Orléans, etc.). Disséminées. Un peu isolées. Mais peut-être mieux logées maintenant.

Le bâtiment, lui, a été muré. Quelques associations font de la résistance, en occupant le rez-de-chaussée de l'immeuble là où il est encore accessible. Cela dit, je ne serais pas étonnée de trouver bulldozers et autres matériels de démolition très prochainement à cet endroit pour faire "place nette"." J'en parlais .

Un an plus tard ?

Sur une décision de justice de 2004 et des suscpicions de risques d'incendie liés à des branchements électriques "sauvages", le squatt de Cachan est vidé de plusieurs familles d'origine africaine. Certaines sont arrêtés et reconduits à la frontière, d'autres hébergés temporairement dans un gymnase parisien ou en hôtel.

Les différentes directives, lois et projets de lois sur l'immigration menace d'expulsion plusieurs enfants scolarisés, plus ou moins jeunes, et leurs familles.

On est à un an des élections. Je veux bien qu'il faut faire des coups médiatiques pour marquer les esprits, et l'action vaut parfois plus que la parole. Mais franchement, ça commence à faire peur.

C'est peut-être facile pour moi, j'ai ma carte d'identité, je suis de nationalité française. Mais quand je pense que mes parents sont passés par l'immigration, et ont bénéficié de la naturalisation, je ne vois pas quel danger j'aurai pu représenter pour la société française si cela n'avait pas été le cas.

Pour en revenir au début de mon post, demain il y a une marche organisée entre Place d'Italie et Quai de la Gare, le lieu du drame du 25 août dernier. A la fin, une plaque commémorative sera posée. Si cela vous touche, n'hésitez pas à vous y joindre.

Autre chose, prenez votre carte d'électeur, inscrivez-vous sur les listes électorales, il n'est pas trop tard. Vous avez cette chance, vous avez jusqu'au 31 décembre inclus pour que votre voix compte.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

I just called to say I love you

10 ans plus tard. Ce premier baiser se répète, se renouvelle à l'infini, n'en finit pas.
Des hauts et des bas, à l'image des milliers de chemins que nous avons emprunté et que nous continuerons d'arpenter, avec de la joie, avec des larmes, avec un mélange doux amer.
L'amour, c'est beau et c'est moche. J'ai décidé de ne me nourrir que du beau, tout en apprenant du moche.
Te conquérir encore, construire plus fort, grandir avec toi toujours.
Just the Two of Us.

"Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale que d'être bien" (l'année 2015 en vrac)

Je finissais 2014 sur cette phrase

"Pour 2015, l'année de mes x5ans, continuer à vivre simplement et regarder demain avec autant d'envie qu'hier. "

Et bien cette année a été plus que riche en événements, provoqués ou subis, positifs et négatifs. Moins de naïveté face à l'absurde qui peut blesser, qui peut tuer.
Une conscience plus accrue du temps qui passe, du temps qui, comme dit Barbara, une fois perdu ne se rattrape plus.

Côté boulot, la fin d'un cauchemar de collègue, une promotion et le recrutement plutôt heureux de 2 collaborateurs. On fait les choses, malgré la lourdeur du paquebot et la houle pernicieuse. 2016 s'annonce prometteur avec de nouvelles bases.

Travailler dans un groupe média et y "vivre" les événements tragiques de janvier (surtout) puis de novembre a pris un sens particulier. Le détachement est une gageure dans ces moments. Surprise de voir comment la vie reprend vite le dessus, tout en traînant un poids, la peur, moin…

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.