Accéder au contenu principal

Boulevard Vincent Auriol, Paris 13ème, près de 2 mois plus tard...

Souvenez-vous... Dans la nuit du jeudi 25 au vendredi 26 août 2005, un incendie se déclara aux derniers étages d'un batîment situé boulevard Vincent Auriol, dans le 13ème arrondissement de Paris. Des dégâts matériels constatés, la plus grande perte fut le décès de 17 personnes d'origine africaines diverses (malienne, sénégalaise). Parmi ces 17 personnes, 14 enfants.

La bourrasque médiatique est passée par là. Avec l'effet pervers connu de tous : l'expulsion systématisée des bâtiments "jugés insalubres", commanditée et réclamée par le Ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy. Sans forcément reloger les familles par la suite... du moins je n'en ai pas entendu parler.

Pour les personnes du boulevard Vincent Auriol, la plupart a été relogée (Picpus, Porte Dorée, Porte d'Orléans, etc.). Disséminées. Un peu isolées. Mais peut-être mieux logées maintenant.

Le bâtiment, lui, a été muré. Quelques associations font de la résistance, en occupant le rez-de-chaussée de l'immeuble là où il est encore accessible. Cela dit, je ne serais pas étonnée de trouver bulldozers et autres matériels de démolition très prochainement à cet endroit pour faire "place nette"...

Ca m'écoeure...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.


George Michael - Older

Et nous vieillissons aussi.

A la recherche de l'indépendance

C'est peut-être l'approche de la quarantaine, les cheveux blancs un peu plus présents, mais tout m'amène à des réflexions sur le futur.
Le bonheur dans le travail, je le cherche encore. J'ai toujours mon objectif en tête, apprendre de mon rôle de consultante ce qu'il y a à savoir pour être un vrai caméléon, efficace mais détachée.
Alors oui, j'ai plus d'opportunités de changer, de côtoyer de nouveaux univers. Ça en est même perturbant parfois, j'en apprends beaucoup sur ma capacité d'(in)adaptation.
Pour le moment, je joue le jeu, mais... c'est décidé, je dois reprendre mon destin en main.
J'avais pensé à me mettre en indépendante mais la vérité, c'est que je voudrai ne plus travailler autant.
A la recherche de la recette miracle, je suis tombée sur des blogs, des livres prônant l'investissement, la création de rentes... ah, si j'étais riche. Est-ce que je serai heureuse ?

Alors je me lance, et quoi de mieux qu'un blog pour …