Accéder au contenu principal

Vol 93, de Paul Greengrass

Avec que des acteurs que je ne connais pas du tout...

Synopsis

11 septembre 2001. 4 avions sont détournés par des terroristes dans le but d'être crashés à New York et à Washington. 3 atteindrons leur cible, pas le vol 93.

En temps réel, les 90 minutes qui se sont écoulées entre le moment où l'appareil a été détourné et celui où il s'est écrasé après que ses passagers, mis au courant par téléphone portable des attaques contre le World Trade Center à New York, eurent décidé de se sacrifier pour éviter que l'appareil atteigne Washington.

(Sources : Allociné.fr)

Ma principale motivation ? Un jour de mortel ennui dans le Lyonnais, pas envie de mourir de chaud devant la télé, alors il ne reste presque plus que l'option ciné. C'était ça ou l'option supermarché, celle-ci étant, de mon point de vue, une très mauvaise idée, surtout dans des temps rougeoyants niveau bancaire...

Devant le Pathé de Lyon (nan, pas de jeu de mots), je me suis mise à regretter :

- d'avoir résilié ma carte UGC illimité

- d'avoir oublié ma carte d'étudiante, sagement emmitouflée dans son enveloppe kraft, au fin fond de la contrée colombienne...

J'ai donc gratifié le caissier d'un substanciel lest de 9 euros et des pailles. Une vraie fortune, je ne comprends pas qu'aller au cinéma devienne un luxe.

Et c'est là l'occasion de constater qu'il faut savoir économiser dans la vie. En vérité, la reconstitution est intéressante et vraisemblable. L'intérêt du film s'arrête là. Un documentaire en fin de soirée un dimanche sur M6 aurait produit le même effet d'intéressement, la clim' et le son DTS en moins.

Donc, la prochaine fois, je réflechirai à deux fois avant de me délester de 9 euros pour un "film".

PS : L'occasion pour moi de me souvenir de Daniel M. Lewin, co-fondateur du groupe Akamai. En fait, c'était lui ma motivation, je pensais le voir vivre ses dernières heures, mais je me suis trompée de vol. Tout juste. Quand le voyeurisme morbide me guette...

Vous qui surfez sur le net, vous mangez de l'Akamai sans le savoir, tous les jours. Même en lisant mon blog, là maintenant tout de suite. Tiens, j'en ferai peut-être une note TechNo un de ces 4.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

I just called to say I love you

10 ans plus tard. Ce premier baiser se répète, se renouvelle à l'infini, n'en finit pas.
Des hauts et des bas, à l'image des milliers de chemins que nous avons emprunté et que nous continuerons d'arpenter, avec de la joie, avec des larmes, avec un mélange doux amer.
L'amour, c'est beau et c'est moche. J'ai décidé de ne me nourrir que du beau, tout en apprenant du moche.
Te conquérir encore, construire plus fort, grandir avec toi toujours.
Just the Two of Us.

"Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale que d'être bien" (l'année 2015 en vrac)

Je finissais 2014 sur cette phrase

"Pour 2015, l'année de mes x5ans, continuer à vivre simplement et regarder demain avec autant d'envie qu'hier. "

Et bien cette année a été plus que riche en événements, provoqués ou subis, positifs et négatifs. Moins de naïveté face à l'absurde qui peut blesser, qui peut tuer.
Une conscience plus accrue du temps qui passe, du temps qui, comme dit Barbara, une fois perdu ne se rattrape plus.

Côté boulot, la fin d'un cauchemar de collègue, une promotion et le recrutement plutôt heureux de 2 collaborateurs. On fait les choses, malgré la lourdeur du paquebot et la houle pernicieuse. 2016 s'annonce prometteur avec de nouvelles bases.

Travailler dans un groupe média et y "vivre" les événements tragiques de janvier (surtout) puis de novembre a pris un sens particulier. Le détachement est une gageure dans ces moments. Surprise de voir comment la vie reprend vite le dessus, tout en traînant un poids, la peur, moin…

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.