Accéder au contenu principal

Avant, quand j'étais jeune

Comment puis-je titrer tel quel mon message du jour ? Je n'ai que ... 26 ans.

Ben disons que j'ai accumulé les petits trucs qui me balisent en vieillarde :

- ma soeur, un jour, m'a tressé et m'a montré un de mes premiers cheveux blancs, il y a moins d'un an (argh)

- les 2 derniers stagiaires (entre 19 et 22 ans), visiblement émus et apeurés, m'ont donné du Madame pendant leurs premiers jours parmi nous

- les pti nenfants qui s'y mettent aussi : "Dis, Madame...?"

Arg !

Ben moi d'abord, quand j'étais jeune, j'étais Basketball. De la tête aux pieds, en passant par les murs, la lampe de bureau et mon agenda scolaire (ouais, pasque le cahier de textes, c'est nul). Mon coeur balançait même entre Spalding et Wilson, avec une légère préférence pour ce dernier. Quand à mes sketba, des Reebok Above The Rim, avec les "Pump", couleurs bleue et dominante blanche ... ahlàlà !
Et justement, Above the Rim !!! La Bande Originale de ce film géantissime tournait en boucle dans mon baladeur cassette... Je vous l'ai dit, Basketball de la tête aux pieds.

Je suivais de temps à autre les matches de la fabuleuse équipe de l'Association Sportive de Villeurbanne - Eveil Lyonnais (autrement connue sous l'acronyme ASVEL). Mon big bros m'avait même amené un jour à un match en 8ème de finales contre... je ne sais plus. Tout ce que je me souviens c'est qu'on avait perdu. Et pourtant, certains noms de l'ASVEL me sont restés en tête, synonyme d'excellents souvenirs de sommet européen et français : Jim Bilba, Gregor Beugnot (l'entraineur), l'américain Delaney Rudd, Alain Digbeu, le fameux Moustapha "Mouss" Sonko ..

(Parenthèse : Tiens quand on parle du loup, l'ASVEL reçoit à l'Astroballe les San Antonio Spurs le 5 octobre 2006 ! Les champions NBA 2005, où officie rien de moins que Tony Parker ! Sisi, regardez, c'est par là...)

Mais j'étais d'abord et avant tout une mordue de la NBA.

Michael "Air" Jordan
Earvin "Magic" Johnson
Mon préféré David "The Admiral" Robinson (LA star des San Antonio Spurs, bien avant mossieur TiPi)
Scottie Pippen
Pat Ewing
Charles Barkley
Hakeem Olawjuwon
Dikembe Mutombo
la pousse Shaquille O'Neal et son adjudant Anfernee "Penny" Hardaway
Horace Grant
Jason Kidd...

Moi-même je jouais, plutôt en défense du fait de mon gabarit de l'époque, mais avec quelques réussites en offensive.

Ah c'était bien.. j'étais jeune ... je courais partout, je tentais et réussissais des tirs à 3 points, faisait des paniers en extension, et un 1-contre-1 me faisait tripper...

Maintenant, je suis vieille, je fais du badminton :o)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

I just called to say I love you

10 ans plus tard. Ce premier baiser se répète, se renouvelle à l'infini, n'en finit pas.
Des hauts et des bas, à l'image des milliers de chemins que nous avons emprunté et que nous continuerons d'arpenter, avec de la joie, avec des larmes, avec un mélange doux amer.
L'amour, c'est beau et c'est moche. J'ai décidé de ne me nourrir que du beau, tout en apprenant du moche.
Te conquérir encore, construire plus fort, grandir avec toi toujours.
Just the Two of Us.

"Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale que d'être bien" (l'année 2015 en vrac)

Je finissais 2014 sur cette phrase

"Pour 2015, l'année de mes x5ans, continuer à vivre simplement et regarder demain avec autant d'envie qu'hier. "

Et bien cette année a été plus que riche en événements, provoqués ou subis, positifs et négatifs. Moins de naïveté face à l'absurde qui peut blesser, qui peut tuer.
Une conscience plus accrue du temps qui passe, du temps qui, comme dit Barbara, une fois perdu ne se rattrape plus.

Côté boulot, la fin d'un cauchemar de collègue, une promotion et le recrutement plutôt heureux de 2 collaborateurs. On fait les choses, malgré la lourdeur du paquebot et la houle pernicieuse. 2016 s'annonce prometteur avec de nouvelles bases.

Travailler dans un groupe média et y "vivre" les événements tragiques de janvier (surtout) puis de novembre a pris un sens particulier. Le détachement est une gageure dans ces moments. Surprise de voir comment la vie reprend vite le dessus, tout en traînant un poids, la peur, moin…

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.