Accéder au contenu principal

Entre les murs, de Laurent Cantet



Synopsis : François est un jeune professeur de français dans un collège difficile. Il n'hésite pas à affronter Esmeralda, Souleymane, Khoumba et les autres dans de stimulantes joutes verbales, comme si la langue elle-même était un véritable enjeu. Mais l'apprentissage de la démocratie peut parfois comporter de vrais risques.

(Source : Allociné.com)

Film encore tout frais dans ma mémoire. Ca me rappelle un peu mes propres "années collège", qui se sont déroulées dans des conditions pas si éloignées que celles décrites dans ces images. Si ce n'est la réalité de l'actualité (rafle des sans-papiers), les questions sur l'éducation et la manière de "former" des futurs adultes restent entières et non élucidées à ce jour. A quel moment et comment sévir ? A quel moment et comment faire abstraction de "l'extérieur" ? A quel moment et comment galvaniser ces jeunes qui manquent énormément de confiance, ne demandent qu'à éclater et éblouir de leurs ressources naturelles, pas forcément tournées sur la maitrise des maths ou du français ?
A bien les voir, on dirait bien qu'ils n'attendent qu'un peu de reconnaissance, qu'on reconnaisse leur existence, leur personnalité. Oui mais voilà, les parents passent à côté de la plaque, il ne reste plus que ces instits, ces profs qui sont beaucoup plus présents de ces jeunes, ne serait-ce qu'en terme de temps... et puis, il faut aussi, entre 2 bravades, arriver à faire intégrer à TOUS les savoirs essentiels...

Moi, la scène qui m'a un peu tué, c'est vers la fin du film, quand une jeune fille dit au prof qu'elle n'a rien appris dans l'année, et surtout qu'elle ne comprend pas à quoi ça sert. Un peu désarmante, cette confession.
Un film plutôt bien fait, avec quelques longueurs dans les moments "didactiques", et un final un peu improbable, mais ça passe.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.


George Michael - Older

Et nous vieillissons aussi.

A la recherche de l'indépendance

C'est peut-être l'approche de la quarantaine, les cheveux blancs un peu plus présents, mais tout m'amène à des réflexions sur le futur.
Le bonheur dans le travail, je le cherche encore. J'ai toujours mon objectif en tête, apprendre de mon rôle de consultante ce qu'il y a à savoir pour être un vrai caméléon, efficace mais détachée.
Alors oui, j'ai plus d'opportunités de changer, de côtoyer de nouveaux univers. Ça en est même perturbant parfois, j'en apprends beaucoup sur ma capacité d'(in)adaptation.
Pour le moment, je joue le jeu, mais... c'est décidé, je dois reprendre mon destin en main.
J'avais pensé à me mettre en indépendante mais la vérité, c'est que je voudrai ne plus travailler autant.
A la recherche de la recette miracle, je suis tombée sur des blogs, des livres prônant l'investissement, la création de rentes... ah, si j'étais riche. Est-ce que je serai heureuse ?

Alors je me lance, et quoi de mieux qu'un blog pour …