Accéder au contenu principal

Souvenirs, souvenirs

Mon premier contact avec le monde fantastique de l'informatique, c'était ça :




7 - Thomson TO7 (1982)

En 1982, la société française Thomson lance son TO7, qui rencontrera un vif succès en France du fait de sa distribution dans les écoles. Il s’est notamment distingué par l’utilisation d’un crayon optique pour pointer des éléments affichés à l’écran. Le TO7 était animé par un processeur Motorola 6809 cadencé à 1 MHz avec 8 Ko de RAM. Il était capable d’afficher 320x200 pixels en 8 couleurs. Cette machine disposait d'une trappe pour insérer des cartouches ROM, notamment celles de jeux. Vendu 7 000 francs à sa sortie, il sera remplacé en 1984 par le TO7-70, qui intègrera notamment 48 Ko de RAM. Source : ZDNET.fr

Fantastique crayon optique... très très loin du concept du pistolet de la NES puis de la manette de la Wii !


Ensuite, la modernité arriva...


14 - Thomson MO5 (1984)

En 1984, Thomson propose son MO5, qui présente une réelle évolution par rapport à son prédécesseur, le TO7. D’ailleurs, ses programmes étaient incompatibles avec ceux du TO7 et du TO7/70. Comme ces derniers, le MO5 doit sa célébrité en France à son implantation massive dans les écoles. Il était doté d'un processeur Motorola 6809E cadencé à 1 MHz, de 48 Ko de RAM et 16 Ko de ROM. Le MO5 pouvait afficher 320x200 pixels en 16 couleurs. Vendu 2 390 Francs, il connut un succès moindre que le TO7.

Moi je dis, tout était dans le crayon optique ! :)


L'informatique, quand j'étais pitite, c'était aussi une autre marque représentée par un crocodile ;)
Amstrad : Mes premiers jeux sur un ordinateur !

Je n'ai pas échappé aux phénomènes "consoles" : la NES (finalement acquise après un long chantage affectif de 9 mois organisé par mon frère et moi), la Super NES, la Master System I puis II, puis la Mégadrive, puis la Mégadrive II. Playstation II que j'ai offert, j'y touche de temps en temps mais très peu. Gros blanc puis, la fréquentation assidue d'une geek m'a fait retomber dans l'addiction latente pour la Game Boy Advance SP puis dernièrement la DS lite.

Moarf, revenir 20 ans en arrière d'un coup, ce n'est pas difficile...
Et vous, votre premier contact avec un ordinateur ou une console ? C'était où, quand, comment ?

Commentaires

Elisabeth a dit…
J'ai joué avec un amstrad (CPC64 ?) chez une amie et ça m'a donné envie..
Donc j'ai investi dans un atari 520 ST que j'ai gardé des années..

C'était du temps où Dalida et Balavoine étaient encore de ce monde..

Posts les plus consultés de ce blog

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.


George Michael - Older

Et nous vieillissons aussi.

A la recherche de l'indépendance

C'est peut-être l'approche de la quarantaine, les cheveux blancs un peu plus présents, mais tout m'amène à des réflexions sur le futur.
Le bonheur dans le travail, je le cherche encore. J'ai toujours mon objectif en tête, apprendre de mon rôle de consultante ce qu'il y a à savoir pour être un vrai caméléon, efficace mais détachée.
Alors oui, j'ai plus d'opportunités de changer, de côtoyer de nouveaux univers. Ça en est même perturbant parfois, j'en apprends beaucoup sur ma capacité d'(in)adaptation.
Pour le moment, je joue le jeu, mais... c'est décidé, je dois reprendre mon destin en main.
J'avais pensé à me mettre en indépendante mais la vérité, c'est que je voudrai ne plus travailler autant.
A la recherche de la recette miracle, je suis tombée sur des blogs, des livres prônant l'investissement, la création de rentes... ah, si j'étais riche. Est-ce que je serai heureuse ?

Alors je me lance, et quoi de mieux qu'un blog pour …