Accéder au contenu principal

Techno-parano

Le rendez-vous était pris, samedi 16/9 14 heures à la MIE rue des tournelles, pour l'Assemblée Générale de mon assoce. Au programme : bilan de l'exercice écoulé et élections du nouveau Bureau

Bon, rien d'extravagant dans tout cela.

Sauf que...

Je prends, comme à l'accoutumée, la ligne 1 jusqu'à la station Bastille pour me rendre au lieu indiqué. Arrivée à la station Hôtel de Ville, des boums-boums de fou s'entendent jusque dans la rame, même avant que ses portes ne s'ouvrent. Un flot important de personnes quittent la rame à cet instant.

Que se passe-t-il ? Je décroche mon regard de la GameBoy Advance quelques instants, j'enlève mes écouteurs. Je m'étonne de ce tintamarre étourdissant, je trouve la situation bien intriguante.

"Mais que fait la police ?"

Je descends enfin à Bastille, je sors de la station, et là, c'est une masse impressionnante de gens, jeunes ou moins jeunes qui envahit la Colonne de Juillet et l'entoure. Je vois des jeunes qui se promènent avec des T-shirts marqués du sceau "Famine".

J'essaye de ne pas glisser sur les petites brochures que des passants prennent lorsqu'on leur en tend, puis jettent sur le sol. Tous les commerçants du coin sont parqués sur leurs porches, semblant espérer une fin rapide pour mieux reprendre leurs affaires.

Notre AG se fera sur fond sonore de "boum-boum" "tsingue-tsingue" du début à la fin.

Au passage, j'apprendrai qu'il s'agissait en fait de la Techno-Parade. Et ce soir, je lis que l'ONG Action contre la Faim était l'invitée de la manifestation de cette année, placée sous le signe de la solidarité.

Ah d'accord, c'est "ça", la Techno-Parade. Et ben...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Toto Feat Cheryl Lynn - Georgy Porgy

Plus jamais la même

Cette année est passée comme un éclair, et pourtant, il s'en est déroulé les choses.
Je l'ai débuté avec quelque chose que je devais résoudre. Des soucis de santé qui m'ont obligé à me recentrer.
Jusqu'à 5 minutes avant de m'endormir sur la table, je pensais que j'allais mourir là, l'impression d'avoir bien vécu, d'avoir eu mes accidents de vie, de ne pas avoir eu le temps de faire la paix avec tous et avec tout.
C'est étrange cette sensation que tout va s'arrêter, alors qu'objectivement il n'en est rien. Tout est dans la tête.
La dernière chose à laquelle j'ai pensé avant de m'évanouir, c'était la personne que je serai en me réveillant. Plus jamais la même.

Je ne le savais pas encore mais cet événement, et puis la convalescence qui a suivi, ont été fondateurs de la personne que j'ai été pour le reste de l'année.
Déjà, l'intuition que le bonheur n'est pas totalement dans le travail, et que je devais toujo…

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.