Accéder au contenu principal

La clé de Saint-Georges

Ce samedi, j'ai repris la clé pour rouvrir la boite aux souvenirs...

Lyon 5ème, les quais de Saône, que j'ai habité pendant les 7 premières années de ma vie, et que mon âme d'enfant continue de hanter, parfois. J'y retourne alors la chercher, au fil des années, une fois de temps en temps.

Et à chaque fois, cette âme me balance à la figure toute une partie de ma joie de vivre, de mon innocence et de mes désirs/espoirs/ambitions de l'époque.

Je marche, j'arpente les quais de Saône, jusqu'à LE trouver. Et dès lors, une grande émotion m'envahit. Je ne pleure pas, jamais. J'écoute le silence qui y règne, je regarde les immeubles, toujours aussi vieux malgré les nombreux ravalements de façade. L'homme de la Roche impressionne toujours autant, niché dans son abri de pierre. Les magasins de l'époque (une épicerie, une boucherie, une boulangerie et mes voisins les épiciers italiens) ne sont plus, depuis plus de 10 voire 20 ans. Je remonte le quai, ne me lassant pas de cette marche, je goûte chaque vue, chaque son, chaque impression de déjà-vu vérifié... Mon école maternelle n'est plus, elle a laissé place à une association de sourds, mais la montée est toujours là. Je me souviens alors de cet anniversaire auquel je souhaitais assister, alors j'ai fait la montée accompagnée de ma mère et continuer d'arpenter la colline, traverser le Parc des Hauteurs jusqu'à arriver à destination... Une maison, grande, avec une belle véranda, et tout autour, du vert. Et des Smarties à volonté.

Je continue, et arrive enfin à mon école primaire, la quasi-fin de mon parcours. Cette école où j'ai passé un an, une année très très riche en tout point de vue, et à laquelle je pense avec nostalgie. A côté, le Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse. Là, silence à nouveau, le temps de capter quelques notes de piano, un entraînement sur une mélodie lente. Elle va de pair avec le gris de la météo et de mon esprit, présent mais pas complètement.

Je ne le reconnais plus, ou moins bien, mon Lyon d'enfance. Parfois, je crois encore déceler une couleur, un souvenir remémoré grâce à un objet ou une chose encore en place mais plus les années passent, plus cela devient rare...

C'est désormais un quai commerçant, sur la lignée des autres quais environnants. Boites de nuit, restaurants petits ou grands, ... Mais on sent bien qu'il n'y a plus l'animation qu'on a pu y connaître il y a 20 ans, il y avait alors plein d'enfants de tout âge, et toute cette marmaille se retrouvait sur cette place exigüe de grès. Les matches de foot étaient le lot quasi-quotidien, et combien de ballons finissaient par se jeter dans la Saône, involontairement.

Je traverse un des nombreux ponts pour remonter le quai Saint-Vincent, jusqu'aux Terreaux. Par hasard, je retrouve le chemin du centre de loisirs voisins, l'autre lieu de mes moments de jeux. Combien d'expéditions "lointaines" j'y ai connu, au départ de la bonne gare Saint-Paul, pour rejoindre le verdoyant le temps d'un pique-nique... Ahlàlà que de souvenirs.

Ca m'a fait du bien cette balade, vraiment. Parfois, c'est l'occasion de mesurer le chemin parcouru. Toujours, lorsque j'y suis, comme par magie, j'ai à nouveau 3, 4, 5, 6, 7 ans.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.


George Michael - Older

Et nous vieillissons aussi.

A la recherche de l'indépendance

C'est peut-être l'approche de la quarantaine, les cheveux blancs un peu plus présents, mais tout m'amène à des réflexions sur le futur.
Le bonheur dans le travail, je le cherche encore. J'ai toujours mon objectif en tête, apprendre de mon rôle de consultante ce qu'il y a à savoir pour être un vrai caméléon, efficace mais détachée.
Alors oui, j'ai plus d'opportunités de changer, de côtoyer de nouveaux univers. Ça en est même perturbant parfois, j'en apprends beaucoup sur ma capacité d'(in)adaptation.
Pour le moment, je joue le jeu, mais... c'est décidé, je dois reprendre mon destin en main.
J'avais pensé à me mettre en indépendante mais la vérité, c'est que je voudrai ne plus travailler autant.
A la recherche de la recette miracle, je suis tombée sur des blogs, des livres prônant l'investissement, la création de rentes... ah, si j'étais riche. Est-ce que je serai heureuse ?

Alors je me lance, et quoi de mieux qu'un blog pour …