Accéder au contenu principal

Primer domingo (trip à Barcelone, suite)

Précédemment...

Munie du Routard, me voilà en train de tenter une programmation de mon séjour en terre catalane. Dans mon sac,
le mini-dico et le mini-livret d'expressions courantes. Ça peut toujours servir.
Ce premier dimanche de mai sera donc consacré aux musées. En fait de musées, je n'en ferai qu'un au final : le Musée Picasso. Cet artiste a une place spéciale dans mon coeur, avec Matisse.
Bonne surprise, la visite du fonds permanent est gratuite le 1er dimanche de chaque mois. Ainsi, je prends mon temps pour mirer ses premières années, ses premières réalisations jusqu'au début de sa période bleue. Assez impressionnantes, ses esquisses faites sur des planches de bois, comme des brouillons avant d'exécuter ses toiles. Mieux caler les ombres, la place et la position des personnages et/ou des objets.
Après cette régalade visuelle, mon estomac crie famine. Rendez-vous au bar à tapas juste en face, el Xampanyet. Le patron est un amour, très patient malgré la foule accoudée au bar et le monde en salle. Là, ce sont les papilles qui dégustent.
Ensuite, je longe le quai, retrouve Christophe Colomb au passage, et puis, je veux tenter la visite du musée Olympique.

Image Hosted by ImageShack.us

Je choppe le funiculaire direction Montjuic, sur les hauteurs, ce qui promet une belle vue sur Barcelone.
Manque de bol, le musée est fermé. Tant pis, je continue à monter.
Flâneries dans un parc, il paraît qu'il y a un château pas loin. J'aurai beau le chercher, je ne le trouverai pas.
Je redescends, je rentre à Viladecans pour ressortir plus tard, voir ce que donne Barcelone la nuit. Effectivement, cette ville vit beaucoup la nuit, les Ramblas sont pleines jusqu'à pas d'heure et toutes les rues adjacentes connaissent le même sort. J'en remonte une par hasard, attirée par du bruit, et tombe sur une manifestation aux atours religieux.
Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

23h, il est peut-être l'heure de rentrer. Je patiente devant un plateau de tapas du Bracafé. Pas mauvais, mais ça ne vaut pas le Xampanyet de ce midi ;).

Image Hosted by ImageShack.us
Bon appétit, bien sûr !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

I just called to say I love you

10 ans plus tard. Ce premier baiser se répète, se renouvelle à l'infini, n'en finit pas.
Des hauts et des bas, à l'image des milliers de chemins que nous avons emprunté et que nous continuerons d'arpenter, avec de la joie, avec des larmes, avec un mélange doux amer.
L'amour, c'est beau et c'est moche. J'ai décidé de ne me nourrir que du beau, tout en apprenant du moche.
Te conquérir encore, construire plus fort, grandir avec toi toujours.
Just the Two of Us.

"Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale que d'être bien" (l'année 2015 en vrac)

Je finissais 2014 sur cette phrase

"Pour 2015, l'année de mes x5ans, continuer à vivre simplement et regarder demain avec autant d'envie qu'hier. "

Et bien cette année a été plus que riche en événements, provoqués ou subis, positifs et négatifs. Moins de naïveté face à l'absurde qui peut blesser, qui peut tuer.
Une conscience plus accrue du temps qui passe, du temps qui, comme dit Barbara, une fois perdu ne se rattrape plus.

Côté boulot, la fin d'un cauchemar de collègue, une promotion et le recrutement plutôt heureux de 2 collaborateurs. On fait les choses, malgré la lourdeur du paquebot et la houle pernicieuse. 2016 s'annonce prometteur avec de nouvelles bases.

Travailler dans un groupe média et y "vivre" les événements tragiques de janvier (surtout) puis de novembre a pris un sens particulier. Le détachement est une gageure dans ces moments. Surprise de voir comment la vie reprend vite le dessus, tout en traînant un poids, la peur, moin…

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.