Accéder au contenu principal

le livre est clos

C'était un fantasme, c'était un rêve, c'était tant d'attention et de tendresse.

C'était lui. Le mec que j'avais connu sur Internet. 1 an et demi de "relation". A distance. Au téléphone, via PC, des heures durant sans compter. Ma facture de mobile explosée, j'en redemandais encore.

Je m'étais vraiment entichée de lui. Je voulais le voir, dépasser le stade du virtuel, commencer quelque chose.

Du jour au lendemain, c'était fini. Sans raison apparente, si ce n'est peut-être qu'il en avait marre de jouer cette pièce avec moi.

J'ai eu mal. Très mal. Pendant plus d'un an. A me demander pourquoi. Et pas de réponse.

Je savais que j'étais une parenthèse. Il en aimait une autre, il me l'avait dit, mais je ne voulais pas l'entendre.

Il avait "disparu" d'Internet, mais à moins de vouloir vraiment se cacher, quand on utilise la toile, d'une manière ou d'une autre, on laisse des traces.

Hier, au hasard du Googling, en insistant un peu, en croisant des informations, j'ai fini par le retrouver.

Pareil à lui-même, il a nié être celui que j'avais connu, que j'avais adoré. Ca faisait 6 ans.

Ses réponses à mes tentatives de reconnaissances ne laissent pas de doute, c'était bien lui.

En tout cas, grâce à ton attitude fuyante, grâce à ton habituel déni, je vais pouvoir fermer ce livre et passer à autre chose.

Merci.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Toto Feat Cheryl Lynn - Georgy Porgy

Plus jamais la même

Cette année est passée comme un éclair, et pourtant, il s'en est déroulé les choses.
Je l'ai débuté avec quelque chose que je devais résoudre. Des soucis de santé qui m'ont obligé à me recentrer.
Jusqu'à 5 minutes avant de m'endormir sur la table, je pensais que j'allais mourir là, l'impression d'avoir bien vécu, d'avoir eu mes accidents de vie, de ne pas avoir eu le temps de faire la paix avec tous et avec tout.
C'est étrange cette sensation que tout va s'arrêter, alors qu'objectivement il n'en est rien. Tout est dans la tête.
La dernière chose à laquelle j'ai pensé avant de m'évanouir, c'était la personne que je serai en me réveillant. Plus jamais la même.

Je ne le savais pas encore mais cet événement, et puis la convalescence qui a suivi, ont été fondateurs de la personne que j'ai été pour le reste de l'année.
Déjà, l'intuition que le bonheur n'est pas totalement dans le travail, et que je devais toujo…

Vous qui passez sans me voir

J'ai un peu cette tendance à venir rallumer la lumière quelques jours par ici, en fin d'année... et laisser quelques traces de mon contexte temporel. Puis repartir.
En fait, je continue toujours à écrire, les réseaux sociaux sont mon nouveau support, tant ceux-ci répondent à la fugacité et à la concision que je recherche.
Souvent, écrire ici me demande un peu plus de calme, de tempérance, de consistance. Et j'avoue, j'ai du mal à me laisser ce temps.
Je m'éparpille tellement par ailleurs, je ne sais pas encore ce que je pourrai faire de cet endroit.
En tout cas, vous qui passez sans me voir, j'espère que tu vas bien.